Retour

Les doigts d'une prothèse individuellement contrôlés par la pensée

Des scientifiques ont réussi pour la première fois à faire bouger les doigts de la prothèse d'une main indépendamment les uns des autres en utilisant un bras artificiel contrôlé par le cerveau.

Un texte d'Alain Labelle

Le Dr Nathan Crone, professeur de neurologie à l'École de médecine de l'Université Johns Hopkins, pense que cet exploit représente une percée réelle vers la mise au point d'une technologie qui permettra de restaurer la mobilité raffinée d'une main perdue à la suite d'une blessure ou d'une maladie.

L'homme qui a participé à l'expérience avait le plein contrôle de son bras et de sa main. Mais les chercheurs l'ont équipé d'un dispositif qui court-circuite la procédure cérébrale habituelle de contrôle du bras et de la main.

Les étapes de l'expérience

Les chercheurs ont d'abord cartographié le cerveau d'un jeune homme épileptique dont le cerveau devait déjà être cartographié pour établir l'origine de ses crises. Puis, grâce à des électrodes implantées chirurgicalement, ils ont établi les zones responsables du mouvement des doigts. Ils ont ensuite programmé la prothèse de manière à pouvoir déplacer chaque doigt individuellement, puis ils l'ont connectée au cerveau.

C'est un neurochirurgien qui a placé sur le cerveau les 128 électrodes-capteurs placées sur une membrane rectangulaire de la taille d'une carte de débit. Chacun des capteurs correspond à un millimètre de tissu cérébral de diamètre.

Le programme informatique permet ensuite d'établir, lorsque l'homme déplace un doigt, quelle région du cerveau s'active en fonction du capteur qui détecte un signal électrique.

Cette expérimentation est l'objet d'un article publié dans le Journal of Neural Engineering.

La vidéo qui suit montre l'expérience menée à l'École de médecine de l'Université Johns Hopkins.

Pour voir cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici.