Retour

Les écrans d’ordinateur perturbent le cycle du sommeil

L'utilisation sans restriction en soirée d'appareils électroniques électroluminescents, comme les tablettes électroniques, retarde l'heure du coucher, perturbe le rythme circadien et influe sur la vigilance le lendemain matin, affirment des chercheurs américains.

Un texte d'Alain LabelleLa Dre Jeanne Duffy et ses collègues de l’Université d’Harvard expliquent que cette habitude mène à une baisse de la sécrétion de la mélatonine, une hormone reconnue pour favoriser le sommeil.

Les appareils électroniques grand public prennent de plus en plus d’espace dans la vie moderne puisque les progrès technologiques des dernières années ont amélioré leur portabilité, si bien qu’une personne peut les utiliser de plus en plus tard dans la journée.

Il est ainsi de moins en moins rare qu’un individu les utilise quelques instants avant l'heure du coucher.

Cette réalité est observée même si une personne conserve un horaire de sommeil de huit heures et que sa durée d'exposition aux appareils émetteurs de lumière en soirée est limitée.

Dans leurs travaux, les chercheurs ont testé les effets de l'utilisation en soirée de tablettes électroluminescentes du type iPad lorsqu’ils pouvaient eux-mêmes choisir leur heure de coucher.

Les habitudes des participants ont été observées individuellement dans des salles de recherche éclairées et insonorisées au Centre d'investigation clinique du Brigham and Women's Hospital.

L'équipe de recherche a comparé cinq soirées consécutives d'utilisation sans restriction d'ordinateurs tablettes par rapport à des soirées de lecture de documents papiers.

Leurs conclusions montrent que, le soir, lorsque les participants utilisaient des tablettes, la sécrétion de mélatonine était retardée et moins élevée, et l'heure du coucher était en moyenne une demi-heure plus tardive.

En outre, lorsqu'ils utilisent les tablettes, les participants se disaient moins endormis le soir et moins éveillés dans l'heure qui suivait leur réveil le lendemain.

« Nos résultats concordent avec les résultats d'autres études et indiquent que l'utilisation d'appareils émetteurs de lumière le soir a plusieurs impacts sur la physiologie et le comportement, ce qui pourrait expliquer les résultats d'études épidémiologiques », expliquent les auteurs.

Le détail de cette étude est publié dans le journal Physiological Reports.