Retour

Les édulcorants artificiels doublent le risque de surpoids infantile, selon une étude

La consommation quotidienne, par les femmes enceintes, de boissons sucrées artificiellement serait liée à un risque accru d'obésité infantile, selon une étude de l'Université du Manitoba publiée dans le journal JAMA Pediatrics.

La recherche a été menée auprès de 3033 paires mère-enfant au Manitoba, en Alberta et en Ontario. Après avoir isolé des facteurs comme l'obésité maternelle et la qualité de l'alimentation, les chercheurs ont découvert que la consommation quotidienne d'édulcorants artificiels lors de la grossesse doublait le risque de surpoids chez le bébé.

« Nous savons que la nutrition prénatale joue un rôle clé dans la "programmation" du développement foetal et de poids chez le bébé, mais l'impact de la consommation d'édulcorants artificiels sur le foetus n'a pas été étudié à fond, dit l'auteure principale de l'étude, Meghan Azad. Notre étude est la première qui établit, chez des humains, un lien entre la consommation, lors de la grossesse, de boissons sucrées artificiellement et le poids de l'enfant. »

Mme Azad ajoute que les mères et enfants qui ont participé à l'étude continuent d'être suivis dans le cadre de l'Étude longitudinale nationale sur le développement des enfants en santé, entamée en 2011. « Nous continuerons de suivre leur développement pour évaluer les impacts à long terme de la nutrition prénatale et d'autres facteurs liés à la petite enfance. »

Selon une étude israélienne sur des adultes, les édulcorants artificiels pourraient entraîner des changements métaboliques et aggraver les risques de diabète.

Plus d'articles

Commentaires