Retour

Les grandes idées (à donner) de Charles Bombardier

Des idées, Charles Bombardier en a à la tonne. Et ce qu'elles ont de particulier, c'est qu'elles sont à donner, sans condition, à qui veut bien les prendre.

Un texte de Christine Bureau

« Ce que je fais, c'est que je convertis des idées en concepts », résume le créatif ingénieur, natif de Valcourt. Il y a trois ans, ce dernier a lancé Imaginactive, un organisme sans but lucratif dont la mission est d'inspirer les générations futures à créer les véhicules de l'avenir.

Le site web d'Imaginactive sert de plateforme afin de diffuser de façon la plus large possible ses concepts, qu'il a créés avec un dessinateur industriel.

Il travaille également avec différents médias, comme le journal The Globe and Mail, ou encore avec le magazine Wired.

Son but, c'est surtout d'entamer une discussion. Comme faire passer une idée du rêve à la réalité requiert du temps, de l'énergie et, bien souvent, des millions de dollars, il préfère se concentrer sur un aspect, celui de la création.

« Quand je fais un concept, c'est pour voir s'il y a une demande et, s'il y a des gens intéressés, on peut pousser l'idée plus loin », soutient-il.

D'avant-garde

Sur les quelque 200 idées publiées jusqu'à maintenant sur Imaginactive, Charles Bombardier a reçu deux ou trois appels de gens qui lui ont avoué avoir créé un prototype à partir de ses concepts.

L'inventeur admet que ses conceptions sont à l'avant-garde. Réalisables, certes, mais à long terme. Il donne l'exemple d'une tour à condos sur laquelle il est en train de travailler et dont tous les balcons permettraient aux drones d'atterrir.

Il faut dire que la créativité coule dans le sang de Charles Bombardier. Petit-fils de Joseph-Armand Bombardier, l'ingénieur a toujours baigné dans un monde où l'innovation est clé.

« C'est inné en moi, ça fait partie de ma vie. »

Il a d'ailleurs travaillé jusqu'à 2006 pour Bombardier Produits Récréatifs, où il a notamment dirigé les équipes de développement qui ont produit la motocyclette Spyder, le VTT TRaxter XL et la motoneige Elite. Puis, il décide de voler de ses propres ailes.

« De fil en aiguille, j'ai redémarré des entreprises, j'ai réinvesti dans des start-ups, j'ai roulé ma bosse », raconte-t-il. Jusqu'à ce que naisse, il y a trois ans, Imaginactive.

Une grande récompense

Cette année, son travail a été récompensé. L'Estrien a reçu le prix de la personne la plus innovante dans le domaine du design industriel lors du Sommet de l'innovation et de l'entrepreneuriat qui se tenait en mai dernier à New York, au siège social des Nations unies.

« Le plus gros problème qu'on a quand on vient d'une famille qui est aussi grosse que Bombardier et BRP, que ton parrain c'est Laurent Beaudoin et que ton grand-père c'est Joseph-Armand Bombardier, c'est [de te dire] : "J'aimerais ça être aussi bon qu'eux autres et faire de grandes choses" », explique celui qui poursuit aujourd'hui un doctorat à l'Université de Sherbrooke. 

Ce prix reçu à New York est pour lui une grande valorisation de son travail. De la contribution, aussi, qu'il souhaite apporter à la société en créant des concepts originaux qui ont une valeur ajoutée, qui répondent à des besoins.

Mais un retour aux sources n'est pas impossible pour Charles Bombardier. Ce dernier avoue réfléchir à l'idée de réintégrer le giron familial à moyen terme.

« Pour l'instant, j'ai fait mon incursion dans le design industriel, j'ai été récompensé à l'échelle mondiale, je suis très content », conclut-il.

Plus d'articles

Commentaires