Retour

Manger des piments forts permettrait de vivre plus vieux

Il existerait un lien entre le fait de consommer de manière fréquente de la nourriture épicée et une plus grande longévité, selon une étude chinoise parue dans la revue scientifique britannique The BMJ.

L'étude, menée par une équipe internationale de chercheurs pour le compte de l'Académie chinoise des sciences médicales, s'est concentrée sur un échantillon de 487 375 personnes âgées de 30 à 79 ans. La moitié des participants ont été suivis pendant un peu plus de sept ans.

« Les participants qui consommaient de la nourriture épicée six à sept fois par semaine ont connu une diminution de 14 % de leur probabilité de décès », explique Lu Qi, professeure associée à l'École de santé publique de Harvard et coauteure de l'étude.

Toujours selon l'étude, l'association entre nourriture épicée et longévité vaut aussi bien pour les hommes que pour les femmes et s'avère plus forte pour les individus qui, en plus de manger épicé, ne consomment pas d'alcool.

« Ces résultats vont dans le sens de précédents travaux montrant de potentiels effets protecteurs sur la santé humaine des aliments épicés », a indiqué l'équipe de chercheurs.

Selon eux, c'est la capsaïcine, le principal composant du piment, qui pourrait avoir des effets anti-obésité, anti-inflammatoire, antioxydant et anti-cancer.

Les chercheurs ont par ailleurs tenté de déterminer si la consommation de piment permettait de diminuer le risque de contracter le cancer ainsi que des maladies coronariennes et respiratoires.

Toutefois, en dépit de la taille importante de l'échantillon examiné, l'étude présente plusieurs failles, comme le manque d'informations détaillées sur la composition des aliments ingérés par les participants.

Les chercheurs ont bien constaté une diminution de certaines maladies chez les participants de l'étude, mais ils considèrent, de leur propre aveu, qu'ils ne disposent pas d'assez de données pour établir un lien causal clair entre la consommation des piments et la réduction de maladies.

Plus d'articles

Commentaires