Retour

Mieux comprendre une partie obscure du cerveau humain

Une équipe internationale de scientifiques dont font partie des chercheurs de l'Université de Victoria ont commencé à trouver des explications sur la fonction du cortex cingulaire moyen.

Un texte de Benoit Clément

Le cortex cingulaire est une section au centre du cerveau qui confond les scientifiques depuis des décennies.

Selon Clay Holroyd, professeur et chercheur en neurosciences cognitives à l’Université de Victoria, des études ont déjà déterminé que le cortex cingulaire moyen intervient dans toute séquence de tâches avec un objectif final.

« Chaque fois qu’une section du cerveau est activée, le cortex cingulaire moyen l'est également. C’est ce qui rend difficile l’étude de son rôle exact », souligne M. Holroy.

L’équipe a permis de mieux cerner l’activité unique de cette partie du cerveau. Les chercheurs ont mis sur pied une méthode spécifique, en utilisant une combinaison de simulation de modèles numériques et d’imagerie cérébrale, pour étudier le cortex cingulaire moyen.

« Notre étude nous donne maintenant de meilleurs indices de comment cette partie du cerveau travaille, et elle nous permet d’étudier sa relation avec les autres sections », précise M. Holroyd.

L'étude sera publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America.

Comprendre les maladies mentales

Clay Holroyd explique que cette partie du cerveau a longtemps été considérée comme responsable du développement de presque tous les troubles mentaux, tels que la dépression, la dépendance, le trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) et la maladie de Parkinson.

« C’est parce que le cortex cingulaire moyen est impliqué dans toutes les fonctions du cerveau. Mais comme nous ne comprenons pas exactement comment il agit, nous ne savons pas comment il contribue au développement de troubles mentaux », soutient le chercheur.

M. Holroyd explique que leur découverte ouvre un éventail de recherches possibles sur le fonctionnement du cerveau humain. Il souhaite maintenant utiliser la méthode qu’il a développée avec ses collègues pour pousser la recherche encore plus loin.

Plus d'articles