Oubliez les éponges : les premiers animaux étaient plutôt les cténophores, des petits prédateurs marins qui ressemblent vaguement aux méduses, affirment des chercheurs américains.

Un texte d'Alain LabelleLorsque le biologiste et réalisateur américain Steve Hillenburg a créé le personnage de Bob l’éponge en 1999, il s’est peut-être rangé du mauvais côté d'une des plus grandes controverses de la biologie de l'évolution.

Depuis quelques décennies, les zoologistes tentent de répondre à une question fondamentale en biologie : quelle est la branche la plus ancienne de l'arbre généalogique des animaux?

Est-ce les éponges, comme on l'a longtemps pensé, ou les petits prédateurs marins que sont les cténophores?

La réponse à cette question aura un impact majeur sur la réflexion des scientifiques sur la façon dont ont évolué le système nerveux, le système digestif et les autres organes de base chez les animaux.

Le biologiste Antonis Rokas et ses collègues des universités Vanderbilt et Wisconsin-Madison ont mis au point une approche qui permet, selon eux, de régler les questions phylogénétiques qui empêchaient les scientifiques de trancher la question. Leurs résultats tendent à montrer que les ancêtres des animaux étaient les cténophores.

Revoir l’évolution

Depuis près d'un siècle, les scientifiques ont organisé l'arbre généalogique des animaux en fonction de la complexité relative des divers organismes.

En raison de leur simplicité, les éponges étaient considérées comme les premiers représentants de la lignée animale. Ce paradigme a commencé à changer au fur et à mesure que la recherche en génétique s’est affinée et a permis de mieux documenter l'ADN des espèces.

Les biologistes de l’évolution ont commencé à utiliser ces informations pour affiner et redéfinir les relations évolutives.

Dans la plupart des cas, les données génétiques ont permis de clarifier ces relations. Toutefois, pour certains cas, elles ont suscité des controverses qui se sont intensifiées à mesure que de plus en plus de données se sont accumulées.

Dès 2008, les résultats de l’une des premières études phylogénomiques laissaient à penser que les cténophores constituaient la première branche de l’arbre généalogique des animaux, plutôt que les éponges.

Des travaux qui ont déclenché un véritable débat dans le monde « évolutif ». Une vaste étude génétique publiée au début de cette année soutenait cependant la position de l’éponge comme ancêtre du monde animal.

M. Rokas et ses collègues ont voulu comprendre pourquoi les études arrivaient à des conclusions si différentes.

Dans leurs analyses, les chercheurs se sont intéressés uniquement aux gènes partagés par tous les organismes. Ils ont constaté que les cténophores possédaient plus de gènes susceptibles de diverger que les éponges.

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Nature Ecology & Evolution.

Plus d'articles

Commentaires