Retour

Oumuamua n’est pas un astéroïde, mais bien une comète

Le premier objet céleste de nature interstellaire détecté dans notre système solaire n'est pas un astéroïde, comme l'estimaient précédemment les astronomes.

Un texte d'Alain LabelleC’est en combinant des informations recueillies par plusieurs télescopes spatiaux et terrestres qu'une équipe internationale de scientifiques a établi qu’Oumuamua s’éloignait du Soleil plus rapidement que prévu.

Les résultats de leurs analyses, publiés dans la revue Nature (en anglais), laissent penser que l'objet interstellaire est très probablement une comète composée de glace et non un astéroïde rocheux.

Cet objet de couleur rouge foncé et d'une taille de 400 mètres ne ressemble en rien aux composants habituels de notre système solaire.

Un examen minutieux de la trajectoire et de la vitesse d'Oumuamua a donc montré qu'elle s’éloigne du Soleil plus rapidement qu'escompté. Selon les scientifiques, cet étrange comportement est fort probablement lié au fait que la glace qui compose l'objet, en se réchauffant, éjecte du gaz dans l'espace.

Habituellement, ce phénomène est caractéristique d'une comète, plutôt que d'un astéroïde.

Une découverte exceptionnelle

En octobre dernier, une équipe internationale d’astronomes a annoncé la détection de 1I/2017 U1 (1I/« Oumuamua) dans notre système solaire grâce au télescope Hawaï PanSTARRS-1.

Depuis ce jour, plusieurs équipes de scientifiques ont braqué leurs instruments sur le rare visiteur.

Mais au moment où les astronomes l'ont repéré, le visiteur avait déjà visité le voisinage du Soleil et s'apprêtait à sortir de notre système.

Comme Oumuamua ne présentait pas la fameuse queue de gaz et de poussière qui accompagne la plupart des comètes, l’objet a été catégorisé comme un astéroïde. Mais certains indices laissaient quand même penser qu’il s’agissait d’un objet glacé sous une surface aux allures desséchées.

Le dégazage en question

C’est en suivant la position d'Oumuamua dans le ciel par rapport aux étoiles que les scientifiques se sont aperçus que l’objet voyageait d'une manière qui ne pouvait pas être expliquée par les forces gravitationnelles du Soleil et des planètes.

Les chercheurs ont ainsi conclu que cet effet provenait d'un dégazage (la perte de matière en surface sous l’effet du chauffage solaire) associé aux comètes.

Ainsi, en s'approchant du Soleil, Oumuamua a commencé à se réchauffer et son cœur glacé a commencé à fondre. Le gaz libéré s'est dirigé vers la surface de la comète et a été projeté vers l'extérieur, ce qui a donné à l'objet une petite impulsion.

Cette matière éjectée exercerait une poussée d'intensité faible, mais constante, se traduisant par une vitesse d’échappement vers l’extérieur du système solaire plus rapide que prévu. Le 1er juin, il se déplaçait à quelque 114 000 kilomètres par heure.

Oumuamua émet très peu de débris, peut-être parce que ses particules de poussière sont trop grosses et lourdes pour que le faible dégagement gazeux puisse s’élever en altitude.

En outre, les plus petites particules caractéristiques de la vaste majorité des comètes ont peut-être disparu dans un processus d’érosion durant le voyage interstellaire d’Oumuamua.