Un petit miracle s'est opéré à l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal. François Sévigny est devenu le premier patient au monde à recevoir par cathéter une nouvelle valve aortique, « l'entrée principale du coeur », et à pouvoir rentrer chez lui le jour même. 

« Après six mois de suivi étroit auprès du patient, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l'Île-de-Montréal est fier d'annoncer que l'intervention est un franc succès », a fait savoir le Centre dans un communiqué publié vendredi.

La technologie n'est pas nouvelle. Les médecins utilisent depuis 2002 le TAVI (Transcatheter Aortic Valve Implantation) pour remplacer la valve aortique du coeur. La méthode consiste à faire une incision de un à deux centimètres sur l'aine du patient pour y insérer un cathéter et ainsi procéder au remplacement de la valve.

C'est plutôt la durée de l'hospitalisation qui étonne. L'intervention a eu lieu à 8 h un matin de février. À 22 h, François Sévigny était chez lui.

L'opération a duré au total 37 minutes, et ce, sans que M. Sévigny ait eu besoin d'une anesthésie totale. Il était sous sédatif, mais les médecins devaient pouvoir lui parler.

Le réveil a été moins pénible que s'il avait été endormi, raconte-t-il. 

« Ils m'ont demandé dans l'après-midi de me lever. Tout s'est bien passé alors on a pris la décision de me laisser partir en fin d'après-midi », se remémore François Sévigny

Le soir même, il était chez lui. Il est retourné à l'hôpital seulement cinq jours plus tard pour un rendez-vous avec le Dr Généreux. Tout allait comme prévu. 

Une technologie en pleine évolution

Un remplacement de valve aortique nécessitait au début des années 2000 une opération à coeur ouvert. L'hospitalisation pouvait durer jusqu'à 10 jours.

« Le coeur ouvert, j'en ai déjà passé une auparavant. Comme je dis des fois, c'est comme être frappé par un autobus. Ce n'est pas évident. C'est très douloureux sur le thorax », assure François Sévigny

Les opérations avec cathéters sont devenues plus courantes au fil du temps. En moyenne, les patients sont renvoyés à la maison après 48 heures. C'est une technologie qui est à l'âge de l'adolescence, illustre le Dr Philippe Généreux, qui a opéré M. Sévigny. 

Le Dr Généreux s'avoue fier d'avoir pu prouver qu'il est possible d'envoyer à la maison le jour même de l'opération un patient qui présente toutes les bonnes conditions. Et pour ce patient, le petit miracle continue de se faire sentir. François Sévigny confie aujourd'hui avoir plus d'énergie, moins d'essoufflements. Comme s'il avait rajeuni de 20 ans. 

« D'être le premier au monde, je suis fier pour l'équipe, mais ce n'est pas nécessairement à moi d'être fier. Je suis tombé là au bon moment », résume-t-il. 

Plus d'articles

Commentaires