Retour

Pitbulls : des données non scientifiques fréquemment citées par les médias

Des statistiques sur les morsures de chiens, provenant de groupes anti-pitbulls, sont fréquemment citées dans les médias canadiens et américains comme étant des sources fiables. Ces données sont cependant très loin de la réalité.

Un texte de Bouchra Ouatik à Découverte

Les deux groupes en question, Animals 24-7 et DogsBite.org, militent ouvertement pour l'interdiction des pitbulls. Ils publient régulièrement des statistiques sur les morts et les morsures causées par des chiens. Cependant, leurs données ne représentent qu'une infime portion des attaques graves, et celles d'Animals 24-7 comportent plusieurs erreurs.

Une infime portion des attaques graves

L'auteur du site Animals 24-7, Merritt Clifton, publie chaque année des données sur le nombre d'attaques par des chiens au Canada et aux États-Unis. Le plus récent rapport du groupe prétend comptabiliser presque toutes les attaques graves survenues entre septembre 1982 et septembre 2016, soit une période d'un peu plus de 34 ans. M. Clifton dit recueillir ses données uniquement à partir des médias, mais il affirme avoir un portrait exhaustif de la situation.

Selon ce rapport, sur les 34 années étudiées, il y aurait eu, toutes races confondues, 7045 attaques de chiens causant des blessures graves, 4424 attaques ayant mutilé ou défiguré la victime, et 675 morts. L'auteur définit les attaques graves comme étant celles où la victime a été tuée, mutilée, ou a subi des blessures qui requièrent des soins médicaux poussés. Selon ces mêmes données, les chiens de type pitbull seraient responsables de 64 % des attaques graves, de 66 % des attaques ayant mutilé ou défiguré la victime, et de 51 % des décès.

Ce qui fait qu'il y aurait en moyenne chaque année 207 attaques graves et 20 décès au Canada et aux États-Unis.

Mais ces chiffres sont très loin de la réalité.

Selon une agence gouvernementale du département américain de la Santé, l'Agency for Healthcare Research and Quality, en 2008, aux États-Unis, près de 9500  personnes ont été hospitalisées pour morsures de chiens, et une quarantaine sont mortes de leurs blessures, soit bien plus que les chiffres avancés par Animals 24-7. De ce nombre, il y a eu 600 fractures, 300 opérations qui ont nécessité des greffes de peau, et 1100 opérations sur les muscles et les tendons. Ces données ne précisent cependant pas les races des chiens impliqués.

Toutefois, en une seule année, plus de gens ont été hospitalisés pour des blessures graves par des chiens que ce qu'a comptabilisé Animals 24-7 en 34 ans.

Les données de l'American Society of Plastic Surgeons vont dans le même sens. En 2015, aux États-Unis, il y a eu 28 079 chirurgies reconstructrices pour morsures de chiens, et en 2000, ce nombre s'élevait à 43 089. Il faut noter qu'une même personne peut subir plus d'une chirurgie pour la même blessure.

Cet écart important entre les données d'Animals 24-7 et la réalité peut entre autres s'expliquer par le fait que la majorité des attaques de chien ne sont pas médiatisées. Le responsable d'Animals 24-7, Merritt Clifton, a indiqué par courriel qu'il est possible que quelques cas de blessures graves lui aient échappé.

Le site DogsBite.org, de son côté, publie régulièrement les chiffres d'Animals 24-7, en plus de tenir sa propre liste d'incidents. La fondatrice de DogsBite.org, Colleen Lynn, elle-même une victime de morsure, explique toutefois que son site ne prétend pas recenser toutes les morsures graves de chiens, mais qu'il recense la majorité des décès. Elle indique aussi que son site ne se base pas uniquement sur les médias, mais puise aussi ses données dans d'autres sources, comme des rapports de police, et que son site publie parfois des cas qui n'ont pas été mentionnés dans les médias.

Plusieurs incohérences

Les données d'Animals 24-7 sous-estiment les attaques commises par des races autres que les pitbulls. Par exemple, selon ce groupe, en 34 ans, il y aurait eu 66 attaques graves par des chows-chows et 67 par des labradors, à travers les États-Unis et le Canada. Toutefois, selon le département de la Santé du Texas, pour l'année 2000, dans cet État uniquement, il y a eu 67 morsures sévères de chows-chows et 39 de labradors.

Dans le rapport d'Animals 24-7, il arrive qu'une même race de chiens se retrouve séparée en plusieurs catégories ou encore que des races différentes soient regroupées en une seule catégorie. Par exemple, l'auteur considère que le « presa canario » (dogue des Canaries) et le bull-mastiff sont une seule race de chien et il les regroupe dans la même catégorie. En fait, ces deux chiens ont des origines différentes et même une apparence physique différente. Le dogue des Canaries a vu le jour au 15e siècle dans les îles du même nom, tandis que le bull-mastiff est apparu à la fin du 19e siècle en Angleterre.

À l'inverse, on y trouve une catégorie pour le « blue heeler », une pour l'« Australian blue heeler » et une autre pour le « Queensland heeler », alors qu'il s'agit d'une seule et même race de chien : le bouvier australien. On y trouve aussi des races de chien qui n'existent pas, comme l'east highland terrier.

Merritt Clifton affirme également sur son site que le cane corso est un croisement de pitbull et de mastiff, ce qui est impossible, puisque le cane corso est un chien italien qui existe depuis l'antiquité romaine, tandis que le pitbull a vu le jour en Angleterre au 19e siècle.

En outre, il arrive que lorsque plusieurs chiens sont impliqués dans une attaque, l'incident soit classé uniquement dans la catégorie pitbull. Par exemple, en 2007, un homme de 18 ans a été attaqué par 13 chiens, dont un pitbull et 12 de race non identifiée, mais cette attaque est malgré tout classée dans la catégorie pitbull.

Des statistiques à partir de petites annonces

Dans son rapport sur les attaques de chien de 1982 à 2016, Merritt Clifton indique quelle proportion chaque race représente dans la population totale des chiens. Cependant, il n'existe pas de recensement des chiens à travers les États-Unis et le Canada, et l'enregistrement obligatoire imposé par les municipalités n'est pas toujours respecté par les propriétaires, ce qui fait qu'il est impossible de connaître la population de chaque race de chien en Amérique du Nord.

Alors, pour estimer la population de chiens, Merritt Clifton explique avoir consulté les petites annonces de vente de chiens sur divers sites web pour le mois de juillet 2016. Il en conclut que les pitbulls représentent 5 % des chiens et il considère que ces chiffres sont représentatifs de la population de chiens à travers le Canada et les États-Unis sur une période de 34 ans.

Merritt Clifton répond qu'il a procédé de cette façon car il n'existe pas d'autre base de données des populations de chiens. « Au Canada et aux États-Unis, seuls 10 % des chiens étaient enregistrés en 1982 et c'est environ 25 % aujourd'hui. Aucune ville américaine n'a un taux d'enregistrement supérieur à 40 % », explique-t-il.

Des morts indirectement attribuées aux chiens

Le site Animals 24-7 considère parfois qu'une personne a été tuée par un pitbull même si le chien n'était qu'indirectement impliqué. Ces cas sont classés dans la même catégorie que ceux où le chien a mordu la victime, même lorsque le coroner affirme que le chien n'était pas responsable du décès.

Voici quelques cas qu'Animals 24-7 considère comme des décès causés par des pitbulls :

  • En 2009, au Wisconsin, une femme de 55 ans, Louanne Okapal, est morte après avoir été frappée au visage par son cheval. Le cheval avait été effrayé par un pitbull.
  • En 2009, une femme de 48 ans du Connecticut, Teresa Foss, est morte d'une blessure à la tête après avoir été renversée par un pitbull. Le chien ne l'avait pas mordue.
  • En 2010, un homme de 64 ans du Texas, Richard Martratt, a poignardé un pitbull et abattu un catahoula, car les deux chiens avaient attaqué un border collie sur son terrain. L'homme n'a pas été attaqué par les chiens, mais à l'arrivée des autorités, il s'est effondré et il est mort d'une crise cardiaque.
  • En 2010, en Georgie, une adolescente de 14 ans, Miracle Parham, a pris la fuite après avoir été effrayée par un chien que des témoins ont décrit comme un pitbull. Elle a été mortellement heurtée par une voiture.
  • En 2013, un homme de 63 ans, James Harding, a été heurté par une voiture après avoir tenté de s'éloigner de deux pitbulls.
  • Une fillette de 6 ans a été étranglée par une chaîne à laquelle était attaché un pitbull. L'année et le lieu ne sont pas précisés.

Un autre cas cité sur le site DogsBite.org concerne un homme de 57 ans du Tennessee, James Chapple, qui a été gravement blessé aux mains par des pitbulls, en 2007. Quatre mois plus tard, il est mort des suites d'une athérosclérose et de problèmes d'alcoolisme. Malgré tout, DogsBite.org le comptabilise comme un décès causé par des pitbulls.

En opposition avec la communauté scientifique

Les deux groupes se montrent très critiques envers les experts scientifiques. Le site DogsBite.org va même jusqu'à utiliser le terme « pute scientifique » (« science whore ») pour qualifier certains experts. La fondatrice du site, Colleen Lynn, se défend en disant que ce terme ne vient pas d'elle et qu'il n'a été utilisé qu'à trois reprises depuis la création du site en 2007.

De plus, contrairement aux études publiées dans des revues scientifiques, les statistiques de ces groupes ne sont pas vérifiées par des experts indépendants afin d'en assurer la validité.

La chercheuse en médecine vétérinaire Karen Overall, de l'Université de Pennsylvanie, a analysé toutes les études de statistiques de morsures de chiens publiées entre 1950 et 2000 à travers le monde. Ses recherches montrent que les races de chiens responsables du plus grand nombre d'attaques varient en fonction de l'année et de la région étudiée.

Elle se montre critique envers la méthodologie employée par les groupes qui se basent principalement sur les histoires parues dans les médias. « Les rapports par les médias et par la police sont presque toujours incomplets, dit-elle, et il n'y a aucune confirmation indépendante de la race impliquée. Ces publications utilisent ces rapports comme s'ils étaient infaillibles. »

Plus d'articles

Commentaires