Si, globalement, l'état de santé des humains s'améliore, il existe encore de grandes disparités entre les régions, et les maladies non transmissibles gagnent du terrain, montre une série d'études publiées dans The Lancet. Radiographie mondiale.

Un texte d'Alain Labelle

L'exercice auquel s'est soumis le journal dans son numéro spécial est immense. Il s'agit de fournir l'analyse la plus détaillée à jour de l'état de la santé de la population mondiale. Le but? Donner aux gouvernements nationaux et aux grands donateurs un portrait juste de la réalité en 2016 afin de les aider à identifier les défis et les priorités sanitaires d'intervention.

Cet effort rassemble le travail de 1870 experts indépendants dans 127 pays et territoires dans le cadre du Fardeau mondial des maladies, traumatismes et facteurs de risque (GBD).

Ces derniers ont analysé 249 causes de décès, 315 maladies et des types de blessures, et 79 facteurs de risque dans 195 pays et territoires, entre 1990 et 2015.

Voici un portrait de la situation actuelle :

  • L'espérance de vie globale augmente. Elle a gagné une décennie depuis les années 1980. Les hommes pouvaient, en 2015, espérer vivre 69 ans, et les femmes, 74,8 ans;
  • Le nombre d'années en bonne santé n'a cependant augmenté que de 6 ans. Cela signifie que les personnes vivent plus longtemps, mais malades ou en ayant un handicap;
  • L'augmentation de l'espérance de vie serait associée à une baisse de la mortalité par la malaria ou le VIH/sida;
  • Sept morts sur 10 sont maintenant dues aux maladies non transmissibles comme la démence, le diabète, les maladies respiratoires, le cancer ou les maladies cardiaques;
  • Les migraines, et les pertes de vision et d'ouïe frappent 1 personne sur 10;
  • Des progrès ont été réalisés dans l'accès à l'eau potable, mais l'alimentation, l'obésité, et la consommation de drogues présentent une menace plus grande pour la santé;
  • Pas moins de 275 000 femmes sont mortes durant leur grossesse en 2015, la plupart de causes évitables;
  • Le nombre de décès d'enfants de moins de 5 ans a diminué de moitié depuis 1990.

En outre, pas moins de 249 millions d'enfants de moins de 5 ans risquent de ne pas pouvoir se développer pleinement du fait de l'extrême pauvreté et d'un retard de croissance. L'UNICEF estime que des interventions peu coûteuses de moins de 1 dollar annuellement par enfant pourraient inverser la tendance.

Parmi les régions les plus développées, l'Amérique du Nord possède la pire espérance de vie en bonne santé, autant pour les hommes que pour les femmes. Le diabète (l'obésité) et la consommation de drogues sont à l'origine de cette réalité, particulièrement aux États-Unis.