Retour

Quand l’intelligence artificielle prédit la mort

Un logiciel permet maintenant de prédire quand le cœur d'une personne atteinte d'une maladie cardiaque cessera de battre, et ce, beaucoup plus précisément qu'avec les moyens actuels.

Un texte d'Alain Labelle

Le Dr Declan O’Regan, du London Institute of Medical Sciences, explique que ce logiciel aidera éventuellement les médecins à identifier les patients en danger de mort et qui nécessitent plus d’attention et des traitements rapides.

Le logiciel en question apprend à analyser les tests sanguins et des examens cardiaques pour détecter les signaux de défaillance de l’organe.

C’est la première fois qu’un ordinateur peut interpréter des examens cardiaques (heart scans) pour prédire avec précision combien de temps un patient vivra.

Dr Declan O’Regan

Par exemple, l’ordinateur permet de prédire, avec une précision allant jusqu'à 80 %, la survie à un an. La précision est de 60 % à l’heure actuelle.

Un médecin équipé de ce logiciel serait donc en mesure d’établir un diagnostic plus éclairé que s’il fondait son analyse uniquement sur les moyens actuels.

Ce logiciel d’intelligence artificielle analyse automatiquement les images en mouvement du cœur d'un patient prises au cours d'un examen par résonnance magnétique.

Il utilise ensuite un traitement avancé d'images pour construire un « cœur virtuel en 3D » , qui reproduit la contraction du cœur au cours de chaque battement en pas moins de 30 000 points d’analyse.

Les chercheurs ont alimenté le logiciel de données de centaines de patients, puis ont lié ces données à des modèles.

Le logiciel a appris quels attributs d'un cœur, de sa forme à sa structure, le mettent en danger. Il peut ainsi établir le risque d’insuffisance cardiaque d’une personne à 5 ans.

Le logiciel a été développé en utilisant les données de patients présentant une hypertension pulmonaire, maladie par laquelle la haute pression dans les vaisseaux sanguins qui alimentent les poumons met aussi de la pression sur le côté droit du cœur.

Or, avec le temps, cette situation endommage progressivement le cœur et cause sa défaillance. Le tiers des personnes atteintes meurent dans les cinq ans après leur diagnostic.

On estime que 2000 à 5000 Canadiens ont reçu un diagnostic d'hypertension pulmonaire, mais que jusqu'à 10 000 Canadiens pourraient en être atteints sans le savoir.

Les chercheurs britanniques veulent maintenant tester cette technologie avec d’autres formes de problèmes cardiaques, comme la cardiomyopathie. Elle pourrait ainsi servir à établir si un patient a besoin d’un stimulateur cardiaque ou d’une autre forme de traitement.

En outre, ils veulent tester leur logiciel dans d’autres hôpitaux avant de décider s’ils le rendront disponible chez l’ensemble des médecins.

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Radiology.

Plus d'articles

Commentaires