Retour

Rencontre au sujet des baleines noires à Moncton en novembre

Les scientifiques, les pêcheurs, les propriétaires de grands navires et les groupes autochtones se rencontreront le 9 novembre à Moncton pour essayer de réduire le nombre croissant de mortalité de baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent.

Quinze baleines noires ont été retrouvées mortes sur la côte Est du Canada et aux États-Unis cette année. De ce nombre, onze ont été retrouvées dans le golfe du Saint-Laurent.

Sur la planète, on compte seulement 458 baleines noires, dû à la chasse intensive qu'a subie cette espèce.

Moira Brown, biologiste marine au New England Aquarium à Boston, dit qu'il est important de prendre des mesures rapidement : « La population de baleines noires a connu un profond déclin cette année ».

Élaborer une solution en équipe

Moira Brown étudie les espèces en voie de disparition depuis plus de 30 ans. Elle a passé en revue le rapport récent décrivant ce qui a tué des baleines noires en Atlantique cet été.

Selon elle, les conclusions indiquant que les collisions avec les navires et l'enchevêtrement des engins de pêche fixes sont une cause importante dans la mort des baleines ne sont pas surprenantes.

Le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc, sera l'hôte de la réunion de novembre, ce qui, selon la biologiste, est crucial pour trouver des moyens de protéger les baleines noires.

« Ce qui est essentiel, c'est de réunir toutes les parties prenantes dans la salle », dit-elle.

Selon elle, les exploitants de navires et les travailleurs de l'industrie de la pêche sont tous aussi responsables de la protection des baleines et du partage d'informations sur le sujet.

Restrictions de vitesse

La restriction de vitesse imposée par Transports Canada pourrait être la mesure qui aura le plus grand impact, explique Moira Brown, en référence aux efforts déployés pour réduire la mortalité des baleines.

En août dernier, Transports Canada a introduit la limite de vitesse obligatoire de 10 nœuds pour les navires de plus de 20 mètres naviguant dans le golfe du Saint-Laurent. Moira Brown s'attend à ce qu'une réduction de la vitesse diminue le nombre de collisions avec des baleines. Cela pourrait entraîner près de 70 % de moins de décès, selon elle.

Cependant, depuis que la restriction a été mise en place, plusieurs navires ont enfreint la limite de vitesse et ont été condamnés à une amende, y compris un navire de la Garde côtière appartenant au gouvernement fédéral. La biologiste n'a pas fait de commentaires sur les navires mis à l'amende, mais a dit que la plupart des navires semblaient respecter la limite.

Plus d'articles

Commentaires