Une personne peut déterminer avec fiabilité si quelqu'un est plus riche ou plus pauvre que la moyenne en observant une photo d'un visage « neutre » sans aucune expression, montre une étude réalisée à l'Université de Toronto.

Un texte d'Alain Labelle

Le professeur associé Nicholas Rule et l’étudiante Thora Bjornsdottir affirment que cette première impression est ensuite utilisée – de façon subjective – pour établir que les visages « riches » sont plus susceptibles que les « pauvres » d'être embauchés pour un travail.

« Ces premières impressions peuvent devenir une sorte de prophétie autoréalisatrice. Elles influencent vos interactions et les chances que vous avez », ajoute Mme Bjornsdottir.

Les chercheurs ont également établi que la capacité d’évaluer la classe sociale d'une personne ne s'applique à son visage que lorsqu’il est neutre, et non pas lorsqu'il sourit ou exprime des émotions.

Ils pensent que les émotions masquent en quelque sorte les habitudes d'expression d’une vie qui se gravent sur le visage d'une personne. Des habitudes qui apparaissent aussitôt qu’à la fin de l’adolescence ou au début de l'âge adulte et qui permettent de savoir si une personne a une vie heureuse associée au bonheur et à la richesse .

Les résultats n’ont été influencés ni par la race ni par le genre.

Une prochaine étape pourrait consister, selon les chercheurs, à réaliser une étude similaire auprès de personnes âgées afin de vérifier si le visage présente des traits encore plus apparents avec le temps.

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of Personality and Social Psychology

Plus d'articles

Commentaires