Retour

Ses chiens l'empêchent d'acquérir la maison de ses rêves

Un propriétaire de Québec affirme que le projet de loi sur les chiens dangereux l'empêche d'acquérir la maison de ses rêves à Sainte-Brigitte-de-Laval, en banlieue de Québec.

Frédéric Malenfant prétend qu'il a dû annuler à la dernière minute, la semaine dernière, l'achat d'une résidence en raison du projet de loi qui préconise notamment l'interdiction des chiens de type pitbull.

L'homme qui possède trois chiens raconte s'être entendu avec la municipalité de Sainte-Brigitte-de-Laval pour qu'il puisse déroger au règlement municipal qui autorise un maximum de deux chiens. L'administration municipale se serait toutefois ravisée lorsqu'elle a été informée que M. Malenfant possédait deux pitbulls et un rottweiler.

« La municipalité m'a dit que ce n'était pas possible de s'en aller là-bas tant que ce n’était pas réglé pour eux l'histoire des pitbulls. Au moment d'accorder un privilège, ils ne veulent pas en accorder un pour des pitbulls », relate M. Malenfant.

« On voulait s'en aller dans les montagnes, pas de voisins, pas personne, et on se fait refuser alors que je vis en plein coeur de Québec », ironise Frédéric Malenfant.

À bord de sa camionnette ornée de l'inscription : « Moi, je suis pitbull », Frédéric Malenfant a participé dimanche à une manifestation contre le projet de loi sur les chiens dangereux à Québec.

Le propriétaire promet de prendre part à toutes les manifestations et de « bloquer des rues » s'il le faut pour contrer l'adoption du projet de loi des libéraux.

Plus d'articles

Commentaires