Retour

Un cheval zébré peuplait autrefois l’Amérique du Nord

Un genre de chevaux aujourd'hui éteint peuplait l'Amérique du Nord lors de la dernière période glaciaire, révèle un nouvel examen ADN d'ossements fossilisés découverts au Wyoming, au Nevada et au Yukon.

Un texte d'Alain Labelle

Avant ces travaux auxquels ont participé des équipes américaines et canadiennes, les chercheurs pensaient que ces chevaux à museau mince et à ossature légère étaient apparentés à l'âne sauvage asiatique ou à l'onagre, ou simplement à une espèce distincte du genre Equus, qui comprend les chevaux vivants, les ânes et les zèbres.

Ces nouveaux résultats publiés dans le journal eLife tendent à montrer que ces chevaux n'étaient pas étroitement liés à une espèce actuelle.

Les restes avaient été découverts dans des cavernes naturelles, des grottes et des champs aurifères.

La nouvelle espèce identifiée a reçu le nom Haringtonhippus francisci.

Son nom lui a été donné en l’honneur du paléontologue Richard Harington du Musée canadien de la nature à Ottawa. Ce scientifique a consacré sa carrière à l’étude de la faune de la dernière période glaciaire. C’est lui qui a mis au jour les premiers fossiles de cette espèce au début des années 1970.

L’espèce aurait divergé du tronc principal de l’arbre généalogique du genre Equus il y a environ 5 millions d’années.

L’Haringtonhippus francisci était une espèce très répandue. Elle peuplait une grande partie de l'Amérique du Nord, vivant aux côtés des populations d'Equus, sans jamais se reproduire avec elles. Dans le Nord canadien, Haringtonhippuss a survécu jusqu'à il y a environ 17 000 ans.

À la fin de la dernière période glaciaire, les deux groupes de chevaux ont disparu du continent, ainsi que d'autres grands animaux comme les mammouths laineux et les tigres à dents de sabre.

Bien qu'Equus ait survécu en Eurasie après la dernière période glaciaire, conduisant finalement à des chevaux domestiques, l’Haringtonhippus s’est retrouvé dans une impasse évolutive.

Plus d'articles

Commentaires