Le mandat du recteur de l'Université du Québec à Rimouski, Jean-Pierre Ouellet, est renouvelé pour cinq ans.

Un texte de Julie Tremblay

M. Ouellet, qui est en poste depuis 2012, affirme que « ç'aurait été une déception de ne pas pouvoir continuer » le travail amorcé à l'UQAR.

Il estime que l'université est dans une période charnière de son développement et devra relever des défis importants, notamment en matière de finances et de recrutement.

Alors que la clientèle de l'UQAR a baissé de 4 % au cours des dernières années et que la baisse démographique se poursuit, Jean-Pierre Ouellet affirme que l'université devra être « très agressive » pour attirer des étudiants, au Québec comme à l'étranger.

Financement des universités en région

Par ailleurs, le recteur souligne que le gouvernement devra reconnaître davantage l'importance des universités en région. Étant lui-même un étudiant de première génération, il affirme qu'il n'aurait jamais fait d'études universitaires si l'UQAR n'avait pas existé : « l'UQAR change le monde, je personnifie bien cette idée-là! », affirme-t-il.

M. Ouellet considère que Québec doit continuer à bonifier l'aide financière fournie aux petites universités. La bonification des budgets octroyés aux universités en région, annoncée dans le dernier budget, est un pas dans la bonne direction, mais « il faut aller encore plus loin », croit le recteur.

Plus d'articles

Commentaires