Retour

Un homme signe le 1er contrat de cryogénisation au Canada

Un Britanno-Colombien ayant décidé de contester les lois provinciales entourant la préservation du corps après la mort a signé un contrat de congélation cryogénique sans précédent au Canada.

L’accord de quatre pages passé entre Keegan Macintosh et la Lifespan Society de la Colombie-Britannique est considéré comme étant le premier à impliquer un Canadien et un organisme local de préservation permanente du corps. Certains Canadiens auraient déjà passé des contrats similaires avec des sociétés américaines.

Keegan Macintosh soutient que la Colombie-Britannique est le seul endroit au monde qui proscrit la cryogénisation. La province, de son côté, répond que les seules interdictions concernaient les commerces qui laissaient croire à leurs clients qu’ils pouvaient « s’attendre » à être ramenés à la vie dans le futur.

Un débat qui, jusqu’à la signature de ce premier contrat, restait surtout théorique. L’avocat de Keegan Macintosh espère désormais que le cas de son client fera changer les choses. Il s'agit de clarifier les règles en matière de cryogénisation et de permettre aux gens de préserver leur propre corps dans l’espoir un jour de surmonter ce qui les a tués, y compris le vieillissement.

« Pourquoi le gouvernement ne dirait-il pas : ‘La cryogénisation est permise, mais toute exagération frauduleuse dans la perspective d’une ressuscitation est interdite’? », questionne Me Jason Gratl qui propose que le texte soit amendé pour éliminer toute ambiguïté.

30 $ par an

La question de la cryogénisation est revenue sous les projecteurs le mois dernier lorsqu’un juge britannique a accordé le droit à une jeune fille mourante de faire conserver son corps. L’adolescente de 14 ans avait fait valoir sa cause dans une lettre déchirante adressée à la cour.

Dans sa décision, le juge a autorisé la mère de la jeune fille à emmener le corps dans un établissement aux États-Unis pour entamer la procédure de cryogénisation à un coût de plus de 62 000 $ US.

Keegan Macintosh et Lifespan Society – co-plaignants contre Victoria – espèrent à terme que les Canadiens pourront bénéficier des mêmes services que l’adolescente britannique.

Selon les termes du contrat, Lifepsan Society s’engage à remplacer le sang de Keegan Macintosh par une substance résistante au gel et à conserver son corps à basse température. Il en coûtera 30 $ par an au Britanno-Colombien.

Le contrat précise également que la ressuscitation n’est pas garantie et que le corps pourrait ne pas être conservé pour une durée indéterminée.