Retour

Un laser ultra moderne pour mieux prévenir les embâcles

Un rayon laser ultra moderne sera bientôt entre les mains d'une professeure de l'Université du Manitoba qui mènera les premières recherches au monde sur la formation des embâcles.

L'équipement de 160 000 dollars financés par le Fonds des leaders John R. Evans pourrait avoir un impact important au Manitoba qui fait régulièrement l'objet d'inondations provoquées par ces amoncellements de glaces flottantes, explique la professeure d'ingénierie civile Karen Dow.

« Observer la formation d'embâcles est quelque chose de très intéressant et très dynamique, dit-elle. Être en mesure de mener des recherches de pointe sur ce sujet et de contribuer à protéger l'endroit où je vis c'est stimulant . »

Mme Dow explique que la subvention servira à acheter des équipements qui n'ont jamais été utilisés pour la recherche sur la formation des embâcles avant.

L'équipement, appelé système de vélocimétrie tomographique en image 3-D, lui permettra d'étudier avec son équipe les formations d'embâcle dans un environnement sûr et contrôlé. « C'est vraiment dangereux de sortir sur le terrain et de mesurer vraiment ce qui se passe sous la glace », indique-t-elle.

Une expérience menée en laboratoire

« De manière logistique, il est impossible de sortir là où les embâcles se forment pour mesurer à quoi ressemble le flux. Et parce que cela peut se faire soudainement, c'est vraiment très dangereux . »

« Ce que nous allons faire, c'est simuler un embâcle dans un environnement contrôlé par un laboratoire et utiliser cette technologie pour mesurer l'écoulement sous une variété de couches de glace différentes dans notre système de laboratoire, et non sur le terrain ».

Selon elle, en laboratoire, les chercheurs peuvent contrôler le débit, la profondeur de l'eau, l'épaisseur de la glace, sa rugosité et plus encore. De là, ils peuvent voir comment les flux changent dans des conditions différentes, ce qui conduira à de meilleurs modèles et finalement à de meilleures prédictions.

Karen Dow souligne que personne d'autre sur la planète n'utilise ce matériel pour faire ce genre de recherche. « Ce serait littéralement la première fois dans le monde que de telles recherches sont menées. »

Plus d'articles

Commentaires