Retour

Un nouveau visage de Robert 1er d’Écosse réalisé au Nouveau-Brunswick par un artiste judiciaire

L'artiste judiciaire Christian Corbet, de Sackville, au Nouveau-Brunswick, a réalisé un buste du roi Robert 1er d'Écosse, qui a régné il y a 700 ans.

M. Corbet explique que le 11e comte d’Elgin, Andrew Bruce, lui a demandé de faire son portrait après qu’il eut fait celui du duc d’Édimbourg, le prince Philip.

Andrew Bruce est un descendant de Robert 1er, qui est aussi connu sous le nom de Robert Bruce, ou Robert the Bruce. Il avait régné au début du 14e siècle.

Le squelette du monarque a été exhumé vers 1820, et un moulage en plâtre de son crâne a été produit. Christian Corbet connaissait cette histoire en raison de son expertise en sciences judiciaires.

Lors d’une séance de portrait avec Andrew Bruce, explique M. Corbet, il l’a interrogé au sujet du crâne. Le compte lui a ensuite confié deux exemplaires du moulage. C’était il y a trois ans.

De retour dans son studio à Sackville, Christian Corbet a réalisé un autre moulage en silicone. Il a ensuite reconstruit le visage de Robert 1er dans ses moindres détails. Il a tenu compte, par exemple, d’une marque sur une arcade sourcilière qui était probablement une blessure de guerre.

La rumeur de lèpre était fausse, selon l’artiste judiciaire

À la différence d’autres bustes de Robert 1er d’Écosse, celui qui se trouve dans le studio de l’artiste judiciaire ne le montre pas comme étant atteint de la lèpre.

Christian Corbet explique qu’il a travaillé avec une équipe dont faisait partie l’archéologue Andrew Nelson, de l’Université Western. Selon un communiqué de cet établissement, M. Nelson a conclu que Robert 1er n’avait pas la lèpre. Aucun signe de cette maladie n’était visible sur son nez, et « les os ne mentent pas », souligne M. Corbet.

Le buste n’a pas de barbe, explique Christian Corbet, parce que le comte d’Elgin lui a dit que son ancêtre se faisait raser, et que c’est un fait historique.

Christian Corbet compte réaliser une sculpture de bronze avec le buste. La sculpture sera envoyée à la galerie d’art Stirling Smith, en Écosse.

Quant aux restes de Robert 1er d’Écosse, ils avaient été remis en terre dans un cercueil en plomb sur lequel on a versé du goudron afin de prévenir tout vol, ajoute Christian Corbet.