Retour

Un partenariat avec les États-Unis pour le développement de la science des brise-glaces

Les installations et les ateliers du Conseil National de recherche du Canada, sur le campus de l'université Memorial, sont mis à profit pour développer les futurs brise-glaces de la Garde côtière américaine.

Un texte de Stéfan Thériault

Les installations de l'organisation nationale de recherche, à Saint-Jean, Terre-Neuve, servent à tester les maquettes qui permettront de concevoir de nouveaux brise-glaces américains, destinés à sillonner les eaux polaires.

C'est le résultat d'un partenariat qui remonte au mois de février, entre le Conseil national de recherches du Canada, la Garde côtière américaine et la Direction des sciences et de la technologie du département de la Sécurité intérieure des États-Unis.

« Nous sommes ici pour tester des modèles, des formes de coques potentielles que nous pourrions utiliser pour un brise-glace de la Garde côtière, dit le contre-amiral Michael Haycock, de la Garde côtière des États-Unis. Les données qui sont recueillies nous aideront à améliorer ces modèles.

Les recherches menées dans le cadre de ce partenariat sont également bénéfiques pour le Conseil national de recherche du Canada, selon le président de l'organisation, Iain Stewart.

« Ce projet nous permettra de recueillir de nombreuses données sur différents types d'hélices et de coques de navires », dit Iain Stewart.

Les résultats des tests seront partagés ce qui permettra à l'équipe sur place à Saint-Jean et au Conseil national de recherche dans son ensemble d'enrichir son bagage de connaissances sur les technologies des brise-glaces.

Plus d'articles

Commentaires