Retour

Un quasi-retour à la normale pour le bloc opératoire de l’hôpital de Hull

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais s'attaque à la crise qui a cours au bloc opératoire de l'hôpital de Hull.

« La situation est presque de retour à la normale; on n’est pas à 100 % de ce qui se passe habituellement au bloc opératoire de l’hôpital de Hull, mais il y a plusieurs journées au cours du mois de janvier où on offrait le service habituel, ce qui était déjà vu avant l’été », a indiqué le directeur des services professionnels du CISSS de l'Outaouais, le Dr Guy Morissette.

Trois des cinq lignes opératoires étaient fermées depuis le 22 septembre en raison d'une pénurie d'infirmières et de personnel médical. Quatre lignes sont désormais en fonction.

Depuis, près de six infirmières travaillent maintenant au bloc opératoire, elles ont terminé leur formation de six mois, après leur recrutement. Neuf autres infirmières ont commencé leur formation.

Des centaines de chirurgies ont été annulées et les délais d'attente ont explosé. Il y a 900 chirurgies de moins qui ont été réalisées dans les deux premiers tiers de l'année 2017-2018 par rapport à la même période l’année précédente.

« C'était une vraie crise, parce qu'on n'avait pas assez de personnel pour faire en sorte que toutes les lignes opératoires fonctionnent », a souligné Lyne Plante, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais. « On a bon espoir que d'ici six mois, les cinq lignes opératoires vont être en fonction. »

En décembre, 30 spécialistes (dont des chirurgiens) avaient envoyé une lettre au CISSS de l'Outaouais, qualifiant la situation de crise majeure. Ils déploraient notamment que les patients aient à se rendre dans une autre région pour être opérés ou le fait que les chirurgies se déroulaient en milieu rural, forçant les chirurgiens à se déplacer.

Pour sa part, la ministre responsable pour la région de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, s'est voulue rassurante.

« Il y a un travail extrêmement rigoureux qui est fait pour assurer que les citoyens de l’Outaouais puissent avoir accès à de soins de santé et maximiser l’utilisation des installations. Maintenant, comme je vous le rappelle, il y a des négociations qui sont en cours, et je pense qu’on doit prendre ces éléments dans la balance pour analyser l’ensemble de l’œuvre », a-t-elle assuré.

Avec les informations de Laurie Trudel