Retour

Un rare fossile de poisson-lézard découvert en Colombie

Des paléontologues d'Edmonton attribuent à un jeune touriste enthousiaste la découverte d'un fossile de poisson, âgé de 90 millions d'années, dans les dalles d'un monastère colombien.

Le spécimen de « poisson-lézard » parfaitement conservé n'a pas de famille moderne. L'espèce extrêmement rare est le premier fossile de ce genre à avoir été trouvé en Amérique du Sud, selon les chercheurs de l'Université de l'Alberta.

« Ce fossile était une de ces trouvailles inattendues », a déclaré le paléontologue Javier Luque, candidat au doctorat au département des sciences biologiques de l'Université de l'Alberta.

La trouvaille d'un jeune garçon

La découverte a été faite en 2015 au monastère de La Candelaria par un jeune garçon qui a repéré le contour d'un poisson dans l'une des dalles à l'extérieur du bâtiment du 17e siècle.

Curieux de connaître le rocher étrange, le garçon a pris une photo et l'a partagée avec le personnel du Centre d'investigations paléontologiques (Centro de Investigaciones Paleontologicas), un musée situé à proximité de Ráquira en Colombie.

Une collaboration avec l'Université de l'Alberta

Les travailleurs colombiens l'ont reconnu comme un fossile et ont partagé la découverte avec l'Université de l'Alberta.

Le musée et l'université s'associent souvent à des découvertes de fossiles, a déclaré M. Luque.

Après avoir reçu l'appel, une équipe de chercheurs de l'Université de l'Alberta s'est jointe aux paléontologues locaux pour retracer les étapes du garçon afin de localiser et de soulever la pierre pour un examen plus approfondi.

Un mystère de plus

Le fossile a été nommé Candelarhynchus padillai , qui combine « Candelaria », le nom du monastère où le fossile a été découvert, et le mot grec pour le nez « rhynchos », en raison de sa tête longue et mince.

Et tandis que la trame de fond du fossile a été largement expliquée, le conte de poisson a un mystère de plus.

Les chercheurs ont perdu contact avec le garçon qui a trouvé le fossile. Ils ont seulement son nom.

Ils espèrent, avec la publication récente de la recherche, que le garçon pourrait éventuellement se présenter, afin qu'ils puissent lui donner le crédit approprié.

Plus d'articles

Commentaires