Retour

Un scientifique du Madawaska veut étudier les effets de l’environnement sur la santé

Un jeune scientifique du nord-ouest du Nouveau-Brunswick souhaite interroger des résidents au sujet des effets de l'environnement sur la santé. Marc Fraser, qui a terminé son doctorat en toxicologie à l'Institut Armand-Frappier de Laval au Québec en 2016, a créé un sondage afin de connaître l'avis des habitants du Madawaska sur le sujet.

Un texte de Kassandra Nadeau-Lamarche

Marc Fraser, qui a habité une bonne partie de sa vie dans le Madawaska, cherchait à inclure sa région natale dans sa prochaine recherche. Celui qui est en plein processus de recherche d’emploi auprès d’une université a décidé de faire appel aux résidents du coin pour connaître leur avis sur les liens qu’ont l’environnement, les facteurs socio-économiques et d’autres facteurs sur la santé humaine.

Marc Fraser explique que ce sondage est la première étape d’une possible recherche plus importante. « [Le but], c’est de s’asseoir avec les communautés, puis d’établir une question de recherche qui vient d’elles », affirme-t-il. Avec les résultats du sondage, il souhaite donc déterminer quel sera son prochain sujet de recherche en se basant sur les réponses de la communauté.

Résultats préliminaires

Marc Fraser dit ne pas avoir reçu assez de réponses pour l’instant pour tirer des conclusions. Malgré tout, il constate une inquiétude de la population quant au taux de cancer dans la région.

De plus, la présence d’industries serait également un facteur d’inquiétude en raison de la qualité de l’air. Selon le chercheur, il s’agit souvent d’un des principaux éléments mentionnés par la population durant ce genre de recherche.

Dans le cadre de sa recherche, il souhaite tout de même donner une voix à ces industries et vérifier tous les facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte. « Il faut garder l’esprit ouvert pour voir si ce ne serait pas dû à autre chose que juste les industries ».

Comme les dates limites pour postuler à des emplois en recherche sont en février, Marc Fraser souhaite avoir une bonne idée du pouls de la population d’ici là.