Retour

Un vaccin pour protéger les lapins d’un virus qui frappe comme la foudre

Le gouvernement fédéral importera un vaccin de la France pour freiner la propagation d'un virus qui tue les lapins de la Colombie-Britannique.

Le mois dernier à Nainamo, 12 lapins sont soudainement morts, sans blessures évidentes. Au moins trois d'entre eux sont morts de la maladie hémorragique du lapin, un virus hautement contagieux qui cause notamment de la fièvre, un saignement nasal et des convulsions.

Il tue généralement en moins de 36 heures.

Le virus, dont le taux de mortalité varie de 70 à 90 %, s'est depuis propagé dans la grande région de Vancouver.

« Le virus est hautement létal », dit la vétérinaire en chef de la province, Dre. Jane Pritchard. « Lorsqu’une population de lapins est affectée, les gens rapportent qu’elle disparaissent d’un jour à l’autre. »

Cette éclosion est la troisième à frapper le Canada en 10 ans. L’importation du vaccin fait normalement l’objet de restrictions, dit la Dre Pritchard, mais Ottawa les a suspendus pour délivrer un permis temporaire.

Les propriétaires de lapins qui veulent avoir accès au vaccin devront le demander auprès d'un vétérinaire.

Les premières doses devraient arriver au Canada le 3 avril. Une deuxième cargaison est attendue le 24 avril.

Jane Pritchard espère que ces doses seront suffisantes pour protéger les lapins d’élevages et de compagnie, mais souligne que les populations sauvages ne seront pas vaccinées.

Plus d'articles