C'est la création d'outils et la consommation de viande crue qui sont à l'origine de la modification du visage de nos ancêtres, et non le recours à la cuisson comme certains scientifiques le pensaient jusqu'à ce jour.

Ces changements morphologiques auraient ensuite permis le développement de la parole, affirment Katherine Zink et Daniel Lieberman de l'Université de Harvard.

Explications

La science sait qu'à l'époque de notre ancêtre l'Homo erectus, il y a 2 millions d'années, l'introduction de la viande a été cruciale pour l'augmentation du volume du cerveau.

Cependant, à partir du moment où il devient carnivore, ses dents deviennent plus petites et les muscles responsables de la mastication, moins développés. Le petit intestin a aussi diminué de taille.

Ce changement au niveau de la mâchoire pourrait facilement s'expliquer si la viande était consommée cuite, mais nos ancêtres ne se sont mis aux fourneaux que bien plus tard, il y a 500 000 ans.

Les chercheurs ont mesuré l'effort musculaire nécessaire à la mastication pour ce nouveau régime alimentaire à base de viande crue.

Ils ont constaté que mâcher de la viande crue demande moins d'effort qu'un gros volume de fibres végétales. Une seule condition toutefois : elle doit être découpée.

Ainsi, pour un repas composé d'un tiers de viande de chèvre (tranchée avant dégustation) et d'aliments végétariens préalablement martelés avec des outils de pierre, les chercheurs ont mis en évidence que l'Homo erectus réduisait son temps de mastication de 17 % et la puissance de 26%.

Avec une mâchoire qui travaille moins, le visage s'affine, les dents se font plus petites, ce qui peut avoir favorisé l'émergence d'autres facultés comme l'amélioration de la parole, expliquent les auteurs de ces travaux publiés dans le magazine Nature.

Plus d'articles

Commentaires