Retour

Une avancée dans le traitement des AVC fait ses preuves au Manitoba

Les patients atteints d'un accident vasculaire cérébral (AVC) ont désormais plus de chance de survie grâce à une nouvelle intervention chirurgicale d'urgence offerte dans 22 hôpitaux du Canada.

L’intervention délicate requiert toutefois une équipe hautement spécialisée. Par conséquent, les centres de soins de santé des provinces de Terre-Neuve-et-Labrador et de l’Île-du-Prince-Édouard ne sont pas en mesure d’offrir actuellement cette nouvelle procédure.

Un spécialiste de l'AVC à Calgary, Dr Michael Hill, a contribué au développement de la thrombectomie, une intervention d’urgence qui permet aux chirurgiens de retirer un caillot dans le cerveau des patients atteints d’un AVC.

La procédure utilisée pour retirer le caillot repose sur l'alimentation d'un cathéter minuscule dans une artère près de l'aine, qui est amené jusqu'au cerveau.

Le matériel d'imagerie avancée aide à la navigation du cathéter. Grâce à ce dispositif, il est possible de saisir le caillot, puis de le retirer, ce qui permet au sang de couler à nouveau.

Une méthode qui a fait ses preuves

Une équipe d’un hôpital de Toronto a réussi la procédure en 8 min, un record.

Au Manitoba, quatre neurochirurgiens offrent le traitement, et ce, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, affirme le neurochirurgien Joseph Silvaggio, un des quatre neurochirurgiens qui pratique la thrombectomie. Déjà plusieurs Manitobains ont bénéficié de cette procédure, selon ce dernier.

« Maintenant, nous démontrons que nous sommes en train de sauver des vies, mentionne le Dr Hill. Nous ne réduisons pas seulement l'incidence, nous réduisons le nombre de décès d'environ 50 %. C’est une belle avancée. »

Dr Michael Hill reconnaît que la procédure doit être effectuée avec soin et par une équipe hautement spécialisée pour éviter le risque de causer d'autres dommages au cerveau.

Avant la thrombectomie, la seule autre option offerte était des médicaments anti-coagulation, qui, bien qu'ils aient été considérés comme une percée il y a 20 ans, obtenaient un succès limité.

Prévenir les décès

Toutes les 9 min, une personne au Canada subit un AVC, selon le site Internet du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), un centre actif en traitement endovasculaire au Québec et qui figure parmi les plus performants au Canada.

La Fondation des maladies du cœur du Canada, l'organisme responsable de coordonner l'application du traitement à l'échelle du pays, espère que la disponibilité accrue du traitement aidera à réduire les décès et les séquelles causés par les AVC.

« Il reste du chemin à faire, car 20 % de la population touchée n’est pas actuellement desservie, indique le directeur de la Fondation des maladies du cœur du Canada, Patrice Lindsay. Nous travaillons fort pour trouver une solution. »

Plus d'articles

Commentaires