Retour

Une couche protectrice recouvre l’astéroïde Oumuamua

L'objet rocheux en forme de cigare venu d'un autre système stellaire et surnommé Oumuamua est recouvert de matériaux organiques riches en carbone, affirment des astronomes qui traquent ce corps céleste détecté récemment.

L'objet, dont le nom signifie « messager » en langue hawaïenne, a été repéré le 19 octobre par le télescope Pan-STARRS1 situé à Hawaï.

C'est la première fois que l'on parvient à détecter un objet interstellaire, mais il y en aurait au moins un par an qui visiterait notre système solaire.

Lors de sa découverte, les chercheurs ont estimé qu’Oumuamua est un astéroïde long de 400 mètres et large de 40 mètres seulement. Il pourrait avoir été éjecté de l’orbite d’une étoile hôte lors d'événements chaotiques il y a des milliards d'années.

Oumuamua a depuis été classifié comme un astéroïde interstellaire et s'est vu attribuer le nom scientifique de 1I/2017 U1 (I pour interstellaire).

Un centre de glace

Les analyses réalisées depuis sa détection laissent à penser que l'objet pourrait encore avoir un intérieur glacé. Il serait recouvert d'un « manteau » protecteur d'au moins 50 centimètres d'épaisseur, fait de matériaux organiques riches en carbone.

Ce revêtement protégerait l'intérieur riche en glace de l'objet céleste d'une évaporation lors de son passage près du Soleil.

« Une composition interne glacée ne peut donc pas être exclue », expliquent les chercheurs, et ce, « en dépit de l'absence d'activité de l'objet lors de son passage près du Soleil ».

Ce n’est pas un vaisseau extraterrestre

Ceux qui voyaient par sa forme étrange un possible vaisseau spatial seront déçus. Le programme Breakthrough Listen, dédié à la recherche d'une vie intelligente extraterrestre, a braqué la semaine dernière le puissant radiotélescope de Green Bank (en Virginie-Occidentale, aux États-Unis) sur Oumuamua.

« Aucun signal artificiel n'a été détecté en provenance de l'objet jusqu'à présent [...] mais la surveillance et l'analyse des données se poursuivent », a expliqué Breakthrough Listen par voie de communiqué.

Le détail de cette étude est publié dans la revue Nature.