Retour

Une étude confirme le lien entre le virus Zika et des malformations à la naissance

Une étude des autorités sanitaires américaines confirme le lien entre le virus Zika et des malformations dans les cerveaux de nouveau-nés.

Les auteurs ont analysé les données scientifiques des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) aux États-Unis. Ils ont également considéré les avis de plusieurs experts en santé maternelle, du foetus et des maladies transmises par les moustiques.

Selon le directeur des CDC, Dr Tom Frieden, la microcéphalie fait probablement partie d'un éventail de malformations congénitales qui pourraient affecter les femmes à certains stades précis de la grossesse, ou durant toute la grossesse. Il admet cependant que des analyses plus approfondies seront nécessaires afin de déterminer la période durant laquelle le risque de malformation du foetus est le plus grand.

Plusieurs recommandations

Les responsables des CDC répètent que les femmes enceintes doivent éviter les régions où le virus Zika est présent et qu'elles doivent prendre les précautions nécessaires pour éviter les piqûres du moustique porteur de la maladie.

Ils recommandent également l'emploi d'un préservatif par les partenaires de femmes enceintes ou susceptibles de tomber enceintes qui ont voyagé dans des zones où le virus est présent. Selon eux, l'usage d'un préservatif est nécessaire jusqu'à six mois après l'infection.

La durée de vie du virus Zika dans le sperme est inconnue pour le moment, mais les scientifiques rapportent que la maladie a été détectée 62 jours après la guérison d'un homme de 68 ans.

Par ailleurs, une autre étude publiée dans le New England Journal of Medicine a confirmé le risque de transmission par voie sexuelle. Un homme infecté par la maladie au Brésil a infecté une femme qui n'avait jamais voyagé dans une zone épidémique, mais qui avait eu des rapports sexuels avec lui.

Plus d'articles

Commentaires