Retour

Une fusée japonaise lance une technologie canadienne dans l'espace

L'agence spatiale du Japon a lancé mercredi l'observatoire Hitomi, un satellite qui offrira des mesures précises de trous noirs grâce notamment à un système de mesure au laser (CAMS) développé par l'Agence spatiale canadienne. 

La mission de l'observatoire est de plonger son regard dans le centre des trous noirs massifs de galaxies éloignées. Il est équipé de cinq télescopes et détecteurs.

Le Canada participe à la conception du télescope Hard X-ray qui sera positionné au bout du mât de six mètres de l'observatoire. Les astronomes s'attendent à ce que le mât situé à 550 kilomètres de la terre oscille sous l'effet des vibrations d'orbite et des variations de température extrêmes. Les mesures de ces déformations seront enregistrées par le système de mesure CAMS à une précision équivalente à la largeur de deux cheveux humains.

L'équipe de recherche de la Dre Samar Safi-Harb de l'Université du Manitoba est l'une des trois du Canada qui participe depuis 2009 à cette mission scientifique internationale.

« Je suis nerveuse je veux que tout se déroule bien », dit la titulaire de la Chaire de recherche du Canada en astrophysique des restes de supernovae.

Hitomi, qui veut dire oeil en japonais, fournira des données aux scientifiques qui aideront à mieux comprendre les trous noirs, les explosions supernovae et la création de la Voie lactée. La docteure Safi-Harb s'intéresse aux phénomènes d'intensité énergétique associés aux étoiles à neutrons.

Les chercheurs Luigi Gallo, de l'Université St. Mary's, en Nouvelle-Écosse, et Brian McNamara, de l'Université Wateloo, en Ontario, participent également au projet CAMS. 

La mission d'observation des trous noirs doit durer trois ans.

Le Japon lance avec succès le télescope Hitomi