Retour

Une journée à l'entraînement avec David Saint-Jacques

L'astronaute canadien David Saint-Jacques poursuit son entraînement au Centre spatial Johnson à Houston, au Texas, en vue de sa première mission dans l'espace. Âgé de 48 ans, cet ingénieur, astrophysicien et médecin doit décoller du Kazakhstan à bord d'une capsule Soyouz dans neuf mois, soit en novembre prochain.

Un photoreportage de Maxence Bilodeau

Il se pourrait toutefois que le départ de M. Saint-Jacques soit largement avancé, et qu'il s'envole plutôt dès juin vers le laboratoire qui orbite autour de notre planète.

La raison? L'astronaute pourrait agir en tant que copilote pour une autre mission si le membre d'équipage qui devait y prendre part à l'origine ne peut occuper son poste.

David Saint-Jacques, à titre de remplaçant, doit donc être fin prêt à décoller en juin. Il se rendra même prochainement au Kazakhstan.

Mais si tout se passe comme prévu, il décollera en novembre, rejoindra la Station spatiale internationale et y séjournera pendant six mois. L'astronaute canadien y mènera plusieurs expériences scientifiques, notamment sur l'impact de l'apesanteur sur le corps humain.

L'Agence spatiale canadienne et la NASA ont invité les médias à voir David Saint-Jacques lors de son entraînement à Houston.

Que fait David Saint-Jacques allongé sur une table avec un casque de hockey, un harnais et des câbles?

L'astronaute est bien attaché et bien protégé pour aller simuler ce que sera la vie et le travail en apesanteur. Il sera placé dans toutes sortes de positions au cours de ses six mois dans la Station spatiale internationale.

Vaincre les méfaits de l'apesanteur : c'est là un des plus grands défis auxquels font face les astronautes qui séjournent pour de longues durées dans l'espace. Les astronautes souffrent notamment d'atrophie musculaire et de pertes osseuses.

L'entraînement physique est donc essentiel, deux heures y seront consacrées chaque jour à bord de la Station spatiale. Les astronautes ont accès par exemple à une machine programmable pour lever des poids.

La course à pied sur un tapis roulant fait aussi partie de l'entraînement. Ici encore, David Saint-Jacques est tenu par des harnais qui le maintiennent bien au sol; sinon, dans l'espace, il serait absolument impossible de courir en apesanteur.

Et, bien sûr, le vélo stationnaire qui a fait suer l'astronaute à grosses gouttes.

L'entraînement d'un astronaute de la Station spatiale internationale n'est pas toujours glamour. Ce mardi, par exemple, David Saint-Jacques a passé quelques heures avec des techniciens pour mieux se familiariser avec l'entretien du système de chauffage et de climatisation de la Station spatiale.

C'est certes là un des aspects essentiels de la vie à bord, car lorsque la station est au soleil, elle atteint des chaleurs extrêmes, et inversement lorsqu'elle est à l'ombre.

On lui a aussi montré comment faire des prélèvements sur des humains pour des raisons médicales ou scientifiques; une tâche que connaît bien David Saint-Jacques, qui est déjà médecin.

David Saint-Jacques avait commencé sa journée en venant saluer les journalistes qui se sont déplacés à Houston pour le voir à l'entraînement.

Tout au cours de la journée, il a été suivi dans tous ses faits et gestes par les photographes et caméramans sur place.