Une équipe de cinq chercheuses de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) se prépare à partir dans le Grand Nord canadien pour étudier le renard arctique.

Un texte d’Isabelle Damphousse

Elles sont cinq femmes, cinq biologistes qui vont parcourir pendant trois mois l’île Bylot, située au nord de la Terre de Baffin, pour étudier le renard arctique et son écosystème.

C’est la première fois en quinze ans de recherche sur l’île Bylot que l’UQAR envoie une équipe entièrement féminine sur cette île inhabitée de l’Arctique où la température peut descendre jusqu’à -15 degrés Celsius la nuit, en été.

D’ici leur départ, le 8 mai, les membres de l’équipe s’entraînent physiquement tout en suivant une formation pointue dans plusieurs domaines pour s’assurer de leur sécurité. Une fois arrivées sur l’île, elles vont vivre dans un campement.

Des conditions qui nécessitent de suivre des cours de secourisme avancés, mais aussi des cours de maniement d’armes à feu pour être en mesure de se défendre en cas d’attaque d’ours polaires.

« Elles vont être très bien équipées », explique Dominique Berteaux qui dirige l’équipe de recherche. Les chercheuses pourront aussi communiquer en tout temps avec des équipes de secours grâce à des téléphones satellitaires.

Les chercheuses se sentent privilégiées de vivre cette expérience. C’est la troisième fois que la biologiste Anne Bisson séjourne sur l’île Bylot dans le cadre d’un programme de recherche. « On sait qu’on est à un endroit très spécial qui est en plein changement », dit-elle.

L'équipe de recherche a un budget de 200 000 $ pour cette mission.

Plus d'articles

Commentaires