Retour

Une planète « monstre » autour d’une toute petite étoile

On a découvert une planète de type « géante gazeuse », en orbite autour d'une étoile naine, à l'aide du nouveau Next-Generation Transit Survey (NGTS) de l'Observatoire européen austral installé dans le désert d'Atacama, au Chili.

Cette planète nommée NGTS-1b est la première détectée à l’aide de ce nouveau réseau de 12 télescopes.

Elle est située à environ 600 années-lumière de la Terre dans la petite constellation de la Colombe.

Son nom : NGTS-1b. Elle est l’une des trois seules exoplanètes géantes gazeuses observées autour d’une étoile naine à l’aide de la technique du transit après Kepler-45b et HATS-6b. Elle est toutefois plus grosse et plus massive que les deux autres.

En fait, le rayon de cette planète particulière est d’environ 25 % supérieur à celui de son étoile appelée NGTS-1. Elle est donc très grosse par rapport à son hôte. À titre de comparaison, Jupiter ne représente qu’environ 10 % du rayon du Soleil.

Un accident astronomique?

Cette découverte tend à contredire un modèle largement accepté par les astrophysiciens de la formation planétaire.

Les planètes se forment à partir du nuage de poussière et de débris qui, petit à petit, s’agglomèrent pour former des planètes autour d’une nouvelle étoile.

Selon le modèle admis, les petites étoiles peuvent voir naître des planètes rocheuses dans leurs orbites, « mais ne peuvent pas rassembler assez de matière pour former des planètes de la taille de Jupiter », explique le communiqué de la Royal Astronomical Society (RAS).

Or, cette Jupiter chaude est un peu plus grosse que notre Jupiter, la plus grosse planète du système solaire, mais son étoile ne fait que la moitié de la taille du soleil.

Autre fait intéressant : la planète orbite très près de son étoile, à une distance ne représentant que 3 % de celle qui sépare la Terre du Soleil. Elle effectue une orbite complète de son hôte en deux jours et demi.

Le détail de cette découverte est publié dans le Science Monthly Journal de la Royal Astronomical Society.

Plus d'articles

Commentaires