Retour

Une vague dans l’atmosphère de Vénus accélère sa rotation

Les vents forts qui soufflent sur une imposante montagne de Vénus causent une vague qui, en montant dans son atmosphère, accélère la vitesse de rotation de la planète de quelques minutes par jour, affirment des astronomes américains et français. Explications.

Un texte d'Alain LabellePendant des années, les scientifiques ont été incapables de s'entendre sur la durée d'une journée sur Vénus, mais cette nouvelle étude, réalisée par le planétologue Thomas Navarro de l’Université de la Californie à Los Angeles et des collègues français, pourrait mettre fin à cette confusion.

Vénus, planète rebelle

Il faut savoir que la rotation de la planète est rétrograde : elle tourne sur elle-même dans le sens des aiguilles d'une montre, alors que les autres planètes du système solaire (à l’exception d’Uranus) tournent dans l'autre sens.

De plus, elle tourne très lentement, si bien qu’une journée vénusienne équivaut à 243 journées terrestres. En outre, étant plus près du soleil que la Terre, la planète tourne autour de celui-ci en 225 jours terrestres. Ses années sont donc plus courtes que ses journées.

Une atmosphère difficile à étudier

La vitesse de rotation de Vénus est difficile à mesurer en raison de l’épaisse couverture d’acide sulfurique qui recouvre la planète, et les informations que nous possédions à ce jour ne semblaient pas correspondre les unes aux autres.

Les données recueillies par les instruments radar lors de deux missions orbitales, celle de la sonde Magellan de la NASA (de 1990 à 2004) et celle de Venus Express de l'Europe (de 2006 à 2014), avaient montré des différences de plusieurs minutes dans les mesures de rotation. Un phénomène que les chercheurs ne s’expliquaient pas.

Une vague atmosphérique

De récentes simulations informatiques réalisées par M. Navarro et ses collègues français confirment que les vents, qui circulent autour de la planète à 100 mètres par seconde, exercent d’importantes poussées sur l’un des versants abrupts d'Ovda Regio, une montagne de plus de 4000 mètres d'altitude, et causent un effet de succion de l’autre côté.

Ces travaux montrent aussi que le phénomène, qui prend l’apparence d’une vague d'une longueur de 10 000 kilomètres et d’une largeur de 70 kilomètres, souffle des rafales en altitude qui interagissent avec les vents atmosphériques, ce qui provoque, selon les chercheurs, l'accélération de la vitesse de rotation de Vénus et une diminution de la durée d’une journée de l’ordre de deux minutes par jour.

Cette vague a été photographiée en 2015 par la sonde Akatsuki de l'agence spatiale japonaise (JAXA).

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Geoscience.