Retour

Vers de nouveaux produits alimentaires sans lactose grâce aux microalgues

Des chercheurs de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) travaillent à mettre au point un procédé de production de microalgues nourries au petit-lait. Cette culture permettrait aux scientifiques d'extraire une protéine créée par les microalgues qui éliminerait la présence de lactose dans certains aliments.

Un texte de Xavier Lacroix

Depuis un peu plus d'un an, le professeur en ingénierie à l’UQAR Jean-Sébastien Deschênes et son équipe analysent des cultures de microalgues exposées au lactose, le principal sucre contenu dans le petit-lait, un rejet liquide de l'industrie du fromage et du yogourt grec.

Nourries au petit-lait, les microalgues produisent une enzyme nommée bêta-galactosidase.

Selon le chercheur, cette enzyme pourrait non seulement mener à la création de produits sans lactose que l’on retrouve en épicerie, comme du yogourt ou du fromage, mais elle pourrait aussi permettre la création de nouveaux procédés de transformation alimentaire.

En plus de valoriser le petit-lait qui n'a pratiquement aucune valeur économique, ces recherches pourraient également réduire l'émission de gaz carbonique émis par ce déchet lorsqu’il se décompose.

Présentement, l'équipe de l'UQAR en est toujours à l'étape d'exploration, mais elle croit au potentiel de son projet.

Au cours des trois ou quatre prochaines années, les chercheurs de l’UQAR tenteront de valoriser la production de biomasse des microalgues nourries au petit-lait pour amener les industries à investir dans le projet.

Plus d'articles

Commentaires