Les données recueillies par le télescope Gaia ont permis d'établir un catalogue des astres de la voûte céleste et de dresser la carte la plus détaillée à ce jour de notre galaxie, la Voie lactée.

Un texte d'Alain Labelle

L'Agence spatiale européenne (ASE) explique que cet inventaire gigantesque précise la distance, la position et la taille de 1,2 milliard de corps situés dans la Voie lactée et au-delà.

Ce nombre représente toutefois moins de 1 % des étoiles de la Voie lactée, qui en contient probablement environ 200 milliards.

Le catalogue contient les observations réalisées entre le 25 juillet 2014 et le 16 septembre 2015, et ne comprend à ce stade qu'une fraction des informations qui seront disponibles dans la version finale.

Une nouvelle page de l'astronomie s'écrit

Lancée le 19 décembre 2013, la sonde est dédiée à l'astrométrie. Cette branche de l'astronomie se consacre à la mesure de la position et du mouvement des astres. C'est à elle que l'on doit la preuve que la position des étoiles dans le ciel n'est pas immuable, mais qu'il s'agit de corps en déplacement.

Sans la connaissance de l'éloignement de ces objets, les astronomes ne pourraient pas évaluer leur luminosité intrinsèque ni donc accéder à certaines de leurs propriétés physiques. L'énergie rayonnée par les étoiles dépendant de leur masse et de leur âge, une bonne partie du savoir sur la diversité des astres du cosmos repose ainsi sur l'astrométrie.

Le travail de Gaia est donc primordial pour bien comprendre notre galaxie et l'Univers.

Outre l'observation et la cartographie des étoiles, les données de Gaia vont permettre aux astronomes de calculer leurs distances par rapport à la Terre. La distance est la donnée la plus importante, mais aussi la plus difficile à obtenir, car il faut observer le mouvement d'une étoile pendant 14 mois.

Les données publiées par l'ASE vont permettre de connaître la distance et le mouvement de 2 millions d'étoiles de la Voie lactée. « C'est vingt fois plus qu'auparavant, » explique François Mignard.

Une révolution en route

La mission Gaia regroupe 450 chercheurs qui traitent les données obtenues par le télescope et les transcrivent en position, en vitesse, en éclat et en couleur. C'est un volume de données à traiter sans égal à ce jour dans le domaine de l'astronomie.

Les responsables de la mission estiment qu'au terme de la mission de cinq ans, les archives de données dépasseront un pétaoctet, c'est-à-dire un million de gigaoctets, l'équivalent du contenu de 200 000 DVD.

Ces informations sont mises librement à la disposition de tous les astronomes du monde entier.

Le travail de Gaia permettra aussi de découvrir des exoplanètes. « Je parie que la mission va révéler des milliers de nouveaux mondes, » affirme Gregory Laughlin, un astronome à l'Université de Yale.

Les objectifs de Gaia comprennent également l'étude de la matière noire de notre galaxie, une des plus grandes énigmes de l'Univers.

Le télescope garde aussi un oeil sur les astéroïdes, et permettra d'alerter les scientifiques de leur présence pour qu'ils déterminent si l'objet est une menace pour notre planète bleue.

Plus d'articles

Commentaires