Retour

Votre éponge à vaisselle est moins propre que votre toilette

L'éponge avec laquelle vous nettoyez votre vaisselle est l'un des plus importants repaires de bactéries d'une maison. Bien que majoritairement inoffensives, certaines sont résistantes au lavage et peuvent avoir un impact sur la santé humaine.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Des milliards de bactéries vivent dans les éponges qui bordent les éviers de nos cuisines. Elles y mènent une existence paisible en attendant les prochains restes de nourriture qui seront à leur portée.

Des scientifiques se sont intéressés aux risques liés à la présence d’un réservoir de bactéries si près de ce que l’on mange. Ils ont donc caractérisé le microbiome de l’éponge, c’est-à-dire la totalité des espèces de bactéries qui s’y trouvent.

Leur étude, parue dans le journal Scientific Reports, comporte plusieurs constats étonnants. La première est leur nombre : on peut retrouver jusqu’à 50 milliards de bactéries dans un seul centimètre cube d’éponge. C'est sept fois plus que la population humaine sur Terre! Et une éponge moyenne peut avoir un volume de 300 centimètres cubes, ce qui mène à une concentration très élevée pour un objet de cette taille.

Cela fait de cet objet le deuxième foyer de bactéries en importance dans une maison, tout de suite après les filtres que l’on trouve dans les éviers ou les bains, devançant ce qui se loge dans les toilettes.

Résistantes au lavage

De ce chiffre, les chercheurs ont identifié 118 genres de bactéries différentes. Parmi les plus nombreuses, on compte certaines espèces responsables de mauvaises odeurs, mais cinq sont des bactéries considérées comme des agents infectieux de catégorie deux. Cette échelle de risques comporte quatre niveaux, allant du groupe un, qui contient des bactéries inoffensives, au groupe quatre, qui contient des bactéries mortelles et contagieuses. Le groupe deux peut entraîner des maladies bénignes ou qui se soignent facilement.

Selon cette étude, les bactéries d’éponge seraient principalement des opportunistes qui entraînent des problèmes de peau ou des infections pulmonaires, mais qui posent un risque seulement si notre système immunitaire est affaibli.

Toutefois, sachant que les éponges sont utilisées pour nettoyer la vaisselle, mais aussi les comptoirs et autres surfaces de travail, cette présence bactérienne augmente les possibilités que des agents pathogènes entrent en contact avec ce que l’on mange.

Il est facile de croire que le lavage peut venir à bout de ces envahisseurs, mais c’est plutôt l’inverse : le nettoyage aggrave la situation.

Mettre les éponges dans le four à micro-ondes ou dans de l’eau bouillante élimine 60 % des bactéries, mais ne parvient pas à stériliser l’objet. Et ce sont les bactéries pathogènes qui ont la fâcheuse tendance à survivre au nettoyage. Les bactéries inoffensives, elles, sont le plus souvent éliminées par les lavages.

En se débarrassant de la compétition, les bactéries pathogènes ont plus d’espace pour se multiplier et prendre la place laissée libre. La concentration des agents infectieux augmente donc rapidement dans les éponges nettoyées.

Toutefois, après toutes ces analyses, il reste une solution assez simple pour régler le problème : remplacer l’éponge de l’évier chaque semaine.

Plus d'articles

Commentaires