Le stress produit bien des maux dans le corps et l'esprit, mais vous n'êtes pas seuls à en subir les inconvénients. Vos proches en ressentent tout autant les conséquences, si les résultats d'une étude de l'Université de Calgary sur des souris peuvent être extrapolés aux humains.

Un texte de Tiphanie Roquette

Les chercheurs Jaideep Bains et Toni-Lee Sterley ont exposé une souris à une situation stressante et l’ont ensuite placée avec une de ses congénères.

Non seulement le cerveau de la souris stressée présentait des modifications dans la zone gérant le stress, mais celui de sa partenaire montrait les mêmes changements. Pour les chercheurs, cela montre que la souris qui n’avait pas été exposée à la situation stressante ressentait le même niveau d’émotion que sa congénère. Les effets duraient plusieurs jours, selon M. Bains.

Phéromone, vecteur de l’amour et du stress

Au coeur de la transmission, les neurones semblent jouer un rôle clé. Les chercheurs ont en effet modifié les neurones de stress pour pouvoir les allumer et les éteindre. Lorsque les neurones de la souris non stressée étaient éteints, l’animal ne ressentait pas le stress de sa congénère.

Les chercheurs croient que ces neurones libèrent un signal chimique, une phéromone. Souvent citée comme étant le vecteur de l’attraction amoureuse entre les humains, les phéromones agiraient aussi comme des messagers du stress.

Des femelles sociables moins stressées

Ce qui est encore plus intéressant, c'est que le sexe des souris joue un rôle dans la réponse au stress. Chez les femelles, communiquer cette émotion à un partenaire non stressé réduisait ensuite les effets du stress sur le cerveau des femelles de moitié. Mais ce n’était pas le cas chez les mâles.

Les chercheurs n’ont pas encore toutes les réponses à leurs questions, mais ils pensent que les fruits de leur recherche pourraient jouer un rôle dans le traitement du syndrome de stress post-traumatique et l’étude de troubles comme l’autisme.

Plus d'articles