Retour

C’est la Journée internationale du coming-out

une main qui brandit un drapeau associé à la communauté LGBTQ+

Faire son coming-out, révéler à ses proches sa véritable identité ou orientation sexuelle, c’est quelque chose d’extrêmement personnel, que chaque individu vit différemment. Dans un désir de s’unir et d’inspirer des personnes qui aimeraient peut-être avoir plus de courage pour faire leur coming-out, une journée mondiale se tient chaque année, en Amérique du Nord et en Europe. Ainsi, le 11 octobre est la Journée internationale du coming-out!

 

Petit retour en arrière. Le 11 octobre 1987, 500 000 personnes se rassemblaient dans les rues de Washington, dans le cadre de la seconde marche, de cette ville, pour l’égalité des droits des personnes homosexuelles et la reconnaissance de l’homosexualité. C’est un an plus tard, toujours le 11 octobre, que se tenait la toute première journée officielle du coming-out. À l’occasion, des milliers de personnes de la communauté LGBTQ+ publiaient leurs noms dans divers journaux, faisant du coup leur coming-out public. C’est merveilleux de constater que 32 ans plus tard, cette journée est encore soulignée!

 

Un jour qui se veut inspirant et rassurant

Ainsi, en ce 11 octobre, les organisateurs de cette journée encouragent les personnes de la communauté LGBTQ+ à se montrer publiquement et, surtout, à réaliser l’importance d’être bien dans sa peau et dans son corps et d’être honnête envers soi-même, parce que tout le monde mérite de connaître le bonheur.

 

Cette journée tend aussi à faire comprendre qu’une personne vivra plus d’un coming-out, au cours de sa vie, et que ce sera toujours différent… Chaque fois qu’elle aura de nouveaux collègues de travail, par exemple, ou qu’elle fera de nouvelles rencontres, cette personne sera amenée, éventuellement, à parler de son orientation et de son identité sexuelle.

 

Visant une plus grande ouverture d’esprit, la Journée internationale du coming-out est aussi là pour rappeler que c’est normal d’avoir des hésitations et de ne pas savoir comment s’y prendre pour faire son coming-out. Les jeunes, spécialement, vivent énormément d’angoisse et d’isolement, en lien avec leur orientation sexuelle, ce qui peut les pousser à avoir des idées noires. Ils ne doivent surtout pas avoir peur de consulter, à ce sujet.

 

Selon des sondages, 13% de la population canadienne appartiendrait à la communauté LGBTQ+. Sur ce nombre, 54% des personnes n’auraient pas fait leur coming-out à leurs collègues de travail. Une autre statistique intéressante : 73% des Canadiens s’entendent pour dire qu’il reste du chemin à faire pour que les comportements homophobes et l’intimidation envers la communauté LGBTQ+ cessent.

 

La Journée internationale du coming-out est donc une belle façon de tous s’unir et de s’épauler, en tant qu’une seule et grande communauté mondiale!

 

(sources : psycho-bien-etre.be, journee-mondiale.com, newswire.ca et ici.radio-canada.ca)