Les câlins procurent de nombreux bienfaits à l'âme, mais aussi à notre corps, selon les dernières recherches scientifiques. Les étreintes reçues au cours des premières années de vie iraient même jusqu’à modifier l’ADN!                                                                       


2 minutes pour comprendre ce qui nous arrive dans une vie


Une étude de University of British Columbia a révélé que le nombre de câlins reçus par un enfant dans ses premières années d'existence influencerait les changements épigénétiques dans au moins cinq parties de son ADN, notamment les bases nucléotidiques du système immunitaire et du métabolisme. Les nourrissons en manque d’affection auraient quant à eux des cellules sous-développées et expérimenteraient davantage de détresse infantile.

Ces recherches ne sont qu'à leurs balbutiements, mais les premiers résultats suggèrent ainsi que les contacts postnataux auraient des répercussions sur la biologie de l’enfant. Les chercheurs doivent poursuivre leurs études afin de déterminer en détail comment se faire câliner peut affecter nos vies.

Commentaires