Retour

Attention: l'effet Zeigarnik pourrait vous mener au burn-out

Silhouette d'homme épuisé devant son écran d'ordinateur

Le travail vous obsède ou vous n'arrivez simplement pas à décrocher? Vous êtes peut-être une victime de l’effet Zeigarnik. Cet effet désigne une tendance que nous avons à mieux nous souvenir d’une tâche interrompue que d’une tâche terminée.

En effet, le fait de s'engager dans l’exécution d'une tâche vient avec la motivation de l'exécuter... et le cerveau garderait mieux en mémoire une information incomplète que complète. Mais comment cela peut-il nous mener à l'épuisement? 

Femme workaholic avec post-it

Crédit photo: Thinkstock

Si le phénomène peut s’avérer utile, notamment en nous permettant d’entreprendre plusieurs choses et d'atteindre nos objectifs, il peut aussi nous nuire... En effet, les tâches incomplètes restent imprégnées dans notre mémoire et peuvent monopoliser notre attention. Comme l’explique cet article de Mic, l’effet Zeigarnik pourrait ainsi vous empoisonner la vie et éventuellement, vous mener au burn-out.

Comme le soulignait Bluma Zeigarnik, la psychologue à l’origine du concept, le phénomène s’accompagne d’un sentiment d’insatisfaction et d’une certaine tension. Ajoutez à cela, une surcharge de travail, le stress qui l’accompagne, une personne soucieuse de performer, et l’on obtient un bourreau de travail incapable de décrocher... ou une victime de l’effet Zeigarnik.

Si vous vous reconnaissez dans ces gens qui ont du mal à ne pas penser au travail et à se donner un temps pour eux, prévenez l’épuisement et imposez-vous quelques limites. Après tout, une fois en burn-out, vous serez loin d’être plus productif... 

Découvrez 10 façons de prévenir le burn-out.

Commentaires