Retour

Les cinq types de personnalité face au ménage du printemps

balayeuse

Tranquillement, la neige fond, le soleil se lève plus haut dans le ciel, la lumière est plus chaude. Parfois, on flirte avec le zéro degré et on entend des petits oiseaux chanter. Il y a de l’espoir, le printemps viendra bientôt réchauffer nos coeurs! Et qui dit printemps dit grand ménage. Vous avez sûrement déjà hâte de vider vos armoires ou bien vous redoutez tout à fait ce moment à la Marie Kondo.

Il n’y a pas seulement deux types de personnes face au ménage du printemps : celles qui le font et celles qui ne le font pas. Au contraire, vous avez peut-être remarqué que tout le monde a son propre rapport à l’organisation, au tri et au nettoyage d’une maison, pour le meilleur ou pour le pire. Voici cinq types de personnalité lors du grand ménage! Vous reconnaîtriez-vous dans l’une d’elles?

Unsplash

La procrastineuse qui se cache derrière l’organisation

Telle une sorcière, elle se cache derrière un écran de fumée : celui de la planification ardue et impeccable d’une personne bien à son affaire. Lorsque le printemps arrive, elle sort les boîtes du sous-sol et appelle toute la maisonnée pour ce grand triage. Elle crée trois piles : à jeter, à donner, à conserver.

On ouvre les boîtes, on donne le vieux chandail, on conserve le dessin d’enfant, on jette la pâte à modeler. Mais que fait-on avec ces pinceaux, on pourrait bien les utiliser? Peut-être devrait-on les donner? Mettons-les dans une quatrième pile, celle «à vérifier». Et c’est ainsi que de nouvelles piles se créent au fur et à mesure. C’est un réel bordel à la fin de la journée, avec les boîtes ouvertes, les piles, les sacs de poubelles. On est fatigué. La procrastineuse qui ne se dit pas procrastineuse décide d’emballer les piles dans les boîtes vidées et appose une étiquette par-dessus chacune d’elles : «à donner», «à donner à la famille», «à vérifier», «à faire essayer aux amis», «à donner en cadeau», «à trier plus tard».

On compte le nombre de boîtes, il y en a autant qu’au départ. On les déplace dans le sous-sol, la procrastineuse s’en occupera durant la semaine. Elle est satisfaite de sa journée de travail, elle s’est beaucoup donnée. Elle a fait le ménage d’une partie du sous-sol! Et pourtant, elle ne donnera jamais le contenu de ces boîtes, ni ne va-t-elle vérifier celles remises à plus tard, et le cycle infernal recommencera l’an prochain avec toujours la même motivation et satisfaction!

 

Le perfectionniste en état d’attente

Il faut bien faire le ménage, les armoires débordent. Il faut faire de la place pour la cuisine en construction depuis quelques années. On s’attaque au tiroir des Tupperware. On crée un système qui fonctionne, sans être excellent, mais ce n’est pas grave, puisqu’un jour, on mettra ces plastiques dans un autre tiroir, car ce comptoir-ci sera démoli et remplacé.

Et il faudrait aussi réorganiser l’armoire à vêtements. Le perfectionniste crée encore un système, mais il est loin d’être parfait. Au contraire, il y voit une panoplie de failles! Mais c’est impossible d’être entièrement satisfait, puisqu’un jour, il y aura une armoire PAX à cet endroit et ce n’est qu’à ce moment où le perfectionniste sera réellement content. Il a déjà acheté les diviseurs de tiroirs et ne sait où les placer en attendant.

À la fin de son ménage, le perfectionniste n’est pas satisfait, n’est pas fier, si ce n’est d’avoir travaillé vers l’amélioration temporaire de sa maison. Mais il rêve, ah oui il rêve! Il sait qu’un jour il l’aura, ses armoires et tiroirs qu’il montrera à tous ses invités tellement ils brilleront dans leur perfection.

 

Celle qui se débarrasse de tout

Tout est à jeter pour cette personne. On remplit des sacs qu’on met sur le chemin et qu’on amène à l’Armée du Salut. La maison est vide, à la grande satisfaction de celle qui se débarrasse de tout. De retour à l’essentiel, au minimalisme, à une demeure qui n’a rien en trop.

Or, il suffit de quelques mois pour qu’elle se rende compte qu’un objet jeté aurait été utile et qu’au final, il faut le racheter. Et puis, celui-ci aussi, il nous le faudrait bien pour tel projet. Et on pourrait bien acheter d’autres livres, maintenant qu’il y a de la place dans les bibliothèques. Si elle jette beaucoup, elle achète tout autant. Et au printemps prochain, ce sera le cycle qui recommence! Et c’est le porte-feuille qui en paye le prix.

 

Le nettoyeur pour les apparences

À l’arrivée du ménage du printemps, ce nettoyeur se met à la tâche comme tout le monde. Au contraire du perfectionniste en état d’attente, le nettoyeur ne cherche pas à réorganiser ses espaces de rangements. Son but : libérer les pièces communes et donner une apparence de demeure bien rangée.

Il ne s’en cache pas, il faut rendre magnifiquement beau et propre le salon et la cuisine, mais lorsqu’on ouvre une armoire, c’est le désordre total. Le nettoyeur cache en-dessous des lits des boîtes désorganisées, il les empile dans le garde-robe et a plusieurs tiroirs «fourre-tout». Il va polir le plancher, mais n’aura pas passé la balayeuse en-dessous des fauteuils. C’est un ménage de surface, qui fait briller la maison pour ceux et celles qui n’osent pas fouiller trop loin.

S’il a conscience que sa demeure est un château de cartes, ce nettoyeur ne s’en démord pas. Au contraire, il trouve futile la volonté d’organiser ce qui résultera nécessairement à un nouveau désordre avec le temps. L’essentiel, c’est de cacher le désordre, tout simplement.

 

La prévoyante

La prévoyante a hâte au ménage du printemps. Elle adore nettoyer, organiser, planifier les espaces de rangement. Elle le fait tout au long de l’année. Sa maison est d’un ordre exemplaire. Son frigo est lavé régulièrement, ses paniers dans la salle de bain sont étiquetés, sa salle de mécanique est propre et attirante. Même les brosses à dents sont inscrites avec le nom de son propriétaire!

Son système fonctionne bien. Le perfectionniste l’envie! Mais alors, elle n’a pas de réel travail à effectuer lorsque le printemps arrive, puisqu’elle le fait au fur et à mesure au courant de l’année. Déçue, en avril, elle ouvrira des boîtes ou tentera de réorganiser des sections de sa demeure afin de trouver de quoi à faire pour le ménage du printemps. Elle aussi veut soupirer de fatigue, parler de l’inconvénient d’une maison bordélique. Elle aussi veut se plaindre qu’elle ne verra jamais la fin. Exclue, la prévoyante se sent incomprise et souhaite secrètement devenir une autre personnalité face au ménage, afin de pouvoir s’éclater de plaisir devant le bordel à régler au prochain printemps.

 

Ensuite, bien sûr, vous pouvez être un mélange de ces cinq types! Pour ma part, je suis une nettoyeuse d'apparence qui aussi procrastine le moment où elle décide de tout réorganiser! Mais au printemps, définitivement, je fais semblant de faire le ménage pour profiter du soleil!


Vous aimerez aussi


Plus d'articles