Applicables au monde réel, les sortilèges inventés par J. K. Rowling pour sa série de romans Harry Potter? C'est la question sur laquelle des étudiants anglais se sont penchés en déterminant les conditions nécessaires pour réaliser le poussos et la branchiflore.

La branchiflore est une plante magique grâce à laquelle Harry arrive à respirer sous l’eau dans Harry Potter et la Coupe de feu. 2 étudiants de l’Université de Leicester, en Angleterre, ont calculé le volume d’eau que le corps du jeune héros devrait traiter, étant donné la quantité d’oxygène contenue dans l’eau d'un lac et celle qui lui serait nécessaire pour arriver à nager. Ils en concluent que, même si l’adolescent développait des branchies, le volume d’eau nécessaire – 443 litres d’eau par minute – confine bel et bien la branchiflore à la fiction.

Le poussos, une potion qui permet à l’apprenti magicien de se remettre en 24 heures de la fracture osseuse subie au cours d’un match de quidditch dans Harry Potter et la Chambre des secrets, fait l’objet d’un second article. Ses auteurs notent qu’il s’agit d’une vitesse de guérison 90 fois plus rapide que la normale. Ils calculent que cette reconstruction osseuse exigerait 133 050 calories et une puissance de sortie de 6 443 watts. Conclusion : dans ce cas aussi, seule la magie permettrait au corps humain de recevoir et d’utiliser une telle quantité d’énergie en une seule journée.

Les 2 études ont été publiées dans la revue étudiante Journal for Interdisciplinary Science Topics.

Commentaires