Retour

Malformations à la naissance: l'âge et le mode du vie du père en cause

Un enfant qui souffre du syndrome d’alcoolisme fœtal alors que sa mère n’a jamais consommé d’alcool? C’est possible, apprend-on dans un article publié dans la revue American Journal of Stem Cells.

Alors que la mère est généralement au cœur des calculs de risques de malformations congénitales et de complications pendant la grossesse, les auteurs de cet article ont observé que l’âge et les habitudes de vie du père sont eux aussi une partie essentielle de l’équation.

Ces chercheurs de l’Université Georgetown, aux États-Unis, ont observé une corrélation entre l’âge avancé du père au moment de la conception et des risques plus élevés de schizophrénie, d’autisme et de malformations chez l’enfant.

L’obésité paternelle serait liée à des altérations du métabolisme des gras et à des risques plus élevés d’obésité chez sa descendance. Le stress du géniteur se traduirait quant à lui par des troubles de comportement plus fréquents parmi sa progéniture. Et jusqu’à 75 % des enfants qui naissent avec le syndrome d’alcoolisme fœtal ont un père alcoolique, selon la professeure Joanna Kitlinska, responsable de l’étude. Elle y voit dans certains cas un lien de cause à effet.

Les chercheurs espèrent que ces résultats conduiront à des recommandations concernant les habitudes de vie destinées aux futurs papas.

Rédaction : Anne-Hélène Dupont

Commentaires