Retour

Pourquoi avons-nous un menton?

Couple se regardant et homme tenant menton de la femme

Parmi les caractéristiques qui nous distingue des primates et du Néanderthal, une bien précise semble toujours fasciner la science, notre menton. À quoi sert-il?

Contrairement à ce que l’on croyait, celui-ci ne serait pas apparu pour soutenir nos efforts de mastication. Selon une étude menée par Nathan Holton et son équipe (Université de l’Iowa), le menton protubérant serait né de l’évolution et du rétrécissement de notre visage.

Il serait plutôt le résultat, voire un ''effet secondaire'', de nos visages devenus plus petits.

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont observé des images prises aux rayons X montrant l’évolution de visages de jeunes enfants (3 ans) jusqu’à l’âge adulte (20 ans). Les chercheurs ont ainsi pu constater que l’évolution du menton n’était pas lié au développement de la machoîre et à une meilleure ''résistance''. En effet, les chercheurs ont même pu observer que certains individus ayant imposé un plus grand stress à leur mâchoire, présentaient parfois un plus petit menton.

Crâne d'homme moderne vs Néandertal

Photo: Illustration d'un crâne d'homme moderne à droite et d'un crâne de Néandertal à gauche. Par Tim Schoon, Université de l'Iowa

Le menton, ou le début de l'homme ''sociable''?

La réponse serait donc en lien avec l’évolution du visage, et de notre mode de vie. Ces changements débutent il y a 80 000 ans, alors que l’Homme moderne délaisse la chasse et prend part à une vie en communauté. Ce passage d’un mode de vie ''agressif et stressant'' de chasseur, celui Néanderthal, à ce mode de vie plus ''reposant'', aurait entraîné le rétrécissement du crâne ainsi que du visage (une perte d’environ 15%)... et l’apparition du menton saillant. Pour Holton, ce mode de vie à l'agressivité réduite, pourrait être à l’origine d’une diminution du taux de testostérone - et donc de bien des changements au niveau des traits du visage. 

L’étude a été publiée dans The Journal of Anatomy: The Ontogeny of the Chin.

 

Les plus récents