Retour

Des chercheurs trouvent la clé pour ne plus sentir la douleur

Corps humain et douleur

Des chercheurs de l’University College London (UCL) se sont penchés sur une mutation génétique rare, faisant en sorte que certaines personnes sont insensibles à la douleur

L’étude, publiée dans la revue Nature Communications, visait en fait à reproduire les effets liés à cette mutation génétique rare, afin de déveloper un traitement pour les personnes souffrant de douleur chronique.

Il faut d’abord comprendre que les individus insensibles à la douleur, ou atteints de ce que l’on appelle l’analgésie congénitale, sont en fait nés avec un canal sensoriel, le "Nav1.7", inopérant ou quasi-inopérant. Bien que cette découverte, qui remonte à 2006, avait menée au développement de médicaments visant à bloquer ce canal nerveux, les résultats s'étaient jusqu'ici avérés inefficaces.

En recréant la mutation chez des souris, les chercheurs ont pu cette fois noter l’importance d’un autre élément, en lien avec le dysfonctionnement du Nav1.7, soit la production plus élevée de peptides opioïdes naturels, ou d'antidouleurs permanents…

Souris du laboratoire de UCL

Crédit photo: David Bishop, UCL

"Après une décennie d'essais pharmaceutiques plutôt décevants, nous avons maintenant la confirmation que Nav1.7 est vraiment un élément clé dans la douleur humain'', explique l'auteur principal, John Wood. "L'ingrédient secret s’avère être le bon vieux peptide opioïde, et nous avons maintenant déposé un brevet pour combiner une faible dose d’opioïdes avec des bloqueurs Nav1.7. Cela devrait reproduire l'insensibilité à la douleur expérimentée par les personnes atteintes de ces mutations rares; et le test se révèle déjà concluant sur des souris non modifiées''.

Le projet pourrait également offrir une alternative à la prise de morphine, qui malgré son efficacité pour neutraliser la douleur, peut entraîner une dépendance ou encore, ne plus avoir d’effet à long terme.

Les premiers essais cliniques devraient débuter en 2017.