Retour

Le mur de Trump menace aussi les animaux

Le mur que veut faire construire Donald Trump entre les États-Unis et le Mexique n'aura pas seulement des répercussions sur l'homme, mais aussi sur la faune et la flore

L'érection du mur aura pour effet de perturber le flux migratoire de plusieurs espèces traversant la frontière, dont les loups, les mouflons et les jaguars, affectant ainsi leur reproduction en plus de restreindre leur accès à l'eau et à la nourriture. La construction de la «cloison» présente également bien des nuisances - sonore, création de routes, altération de cours d'eau et bien sûr la pollution liée à sa construction - venant ainsi menacer des espèces déjà en danger.


Les animaux les plus minuscules de leur race


À elle seule la construction de ce mur, qui pourrait s’étendre sur plus de 2 000 km, produirait plus de 2 millions de tonnes de dioxyde de carbone, ne serait-ce que pour la production du béton. Comme le mentionne l’écologiste Tim Keitt à Seeker, «au-delà du dioxyde de carbone, la production de béton génère d'autres polluants très toxiques. Cela aurait une incidence importante sur les communautés situées près des usines de béton le long des deux côtés de la frontière». Un autre argument soulignant que le projet du mur pourrait entraîner encore une fois, plus de problèmes, qu'il n'en réglerait réellement.