En 2010, le taux de méthylmercure élevé dans le Grand Lac Salé de l’Utah (États-Unis) avait alarmé les autorités. En 2015, 88 % de ce mercure avait disparu. Qu’est-il arrivé?

Le mécanisme exact derrière cette diminution spectaculaire demeure mal compris, mais des chercheurs de l’université de l’Utah proposent une explication.

Dans un article publié dans la revue Environmental Science & Technology, le géologue Willam Johnson et ses collègues avancent que la voie ferrée qui divise le lac en 2 est en cause.


10 faits surprenants sur les océans


En 2013, la compagnie qui administre le chemin de fer a fermé les conduits reliant les deux bras du lac, ce qui les a isolés l’un de l’autre. Conséquences : l’eau salée du lac s’est oxygénée, et le méthylmercure qu’elle contenait s'est apparemment transformé en une autre forme, moins toxique, de mercure.

Alors que le mercure élémentaire peut s’évaporer dans l’air, le méthylmercure, lui, s’accumule et se retrouve dans la chaîne alimentaire. Or, il s’agit d’un puissant neurotoxique.

Commentaires