On connaît tous la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, survenue en 1986. L’URSS a toutefois mieux caché un autre désastre nucléaire aux conséquences plus désastreuses encore pour la population locale et l’environnement.

Le magazine New Scientist a récemment eu accès à un rapport inédit indiquant que l’explosion de plus de 450 bombes nucléaires dans la région de Semipalatinsk, dans les années 1950 et 1960, a gravement contaminé le sol et les aliments dans cette partie de l’est du Kazakhstan.


10 catastrophes naturelles que les scientifiques attendent


Selon ce rapport, les taux de radiations étaient en septembre 1956 de 1,6 millirem par heure, c’est-à-dire 100 fois plus que le taux que la Commission internationale de protection radiologique juge acceptable. Une bombe avait explosé dans la région un mois plus tôt.

À cette époque, plus de 600 personnes auraient été hospitalisées en raison des radiations. En 2014, un rapport norvégien avait indiqué que la population de la région souffrait encore de malformations, de cancers, de maladies cardiovasculaires et de moralité infantile causés par ces radiations.

Commentaires