Retour

À la télévision aujourd'hui en 1970 : le Manifeste du FLQ

Le premier ministre du Canada Pierre Trudeau et le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, entourés de la sécurité à la sortie des funérailles du ministre Pierre Laporte.

Le 8 octobre 1970 à 22 h 30, des milliers de Québécois écoutaient la lecture du manifeste du Front de Libération du Québec (FLQ) sur les ondes de la télévision et de la radio de Radio-Canada. Le texte avait été lu la veille sur les ondes de CKAC.

Rappelons brièvement le contexte. Le 5 octobre 1970, l'attaché commercial du Royaume-Uni James Richard Cross est enlevé par des membres de la cellule Libération du Front de libération du Québec. En échange de la libération du diplomate, les ravisseurs exigent la diffusion de leur Manifeste, la libération de 23 prisonniers, le réemploi d’employés de Lapalme mis à pied et un sauf-conduit pour fuir le pays sans recherche ultérieure. Au cours des jours suivants, le gouvernement accepte la lecture du Manifeste en onde et offre un sauf-conduit aux ravisseurs. 

Quelques jours plus tard, le 10 octobre, la crise prend un autre tournant  lorsqu'une autre cellule du FLQ enlève le ministre du Travail et de la main-d’œuvre du Québec, Pierre Laporte. Devant l’échec des tentatives de négociations, le gouvernement fédéral impose la Loi des mesures de guerre dans la nuit du 15 au 16 octobre résultant à l’arrestation de plus de 450 personnes. Le 17 octobre, le corps du ministre Pierre Laporte est retrouvé dans un coffre de voiture à St-Hubert. James Cross aura plus de chance et sera relâché le 4 décembre 1970 en échange d’un sauf-conduit de ses ravisseurs vers Cuba.

Revoici l’archive vidéo de la lecture du Manifeste par le lecteur de nouvelles Gaétan Montreuil. Vous pouvez lire ici le texte entier du manifeste du FLQ écrit principalement par Jacques Lanctôt (un des ravisseurs de James Cross) et André Roy:


Sur la photo, le premier ministre du Canada Pierre Trudeau et le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, entourés de la sécurité à la sortie des funérailles du ministre Pierre Laporte. 

Commentaires